jeu. Juin 27th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Dans l’oeil de Van Gaal : Manchester United – Liverpool

5 min read

C’est ça en Angleterre le plus gros match de la saison ? Bon je fanfaronne parce qu’on s’impose largement mais on a tremblé. Sans David « Ballon d’or » De Gea, ça aurait pu être tout autre chose. Mais au final on prend trois points, et c’est bien là le principal.

Van Gaal

.

Le discours du coach 

Moi, Louis Van Gaal, refuse de perdre face à Liverpool. Même si je ne connais rien à l’histoire de ce championnat et à ses rivalités, on m’a assez mis en garde comme ça. Déjà qu’on a perdu contre City, faut pas déconner : « Bon les gars, c’est bien beau d’avoir cinq victoires consécutives, mais si c’est pour perdre contre l’ennemi suprême ça sert à rien. Les supporters vous attendrons à la sortie du stade et vous balancerons leurs mocassins à la gueule. Ferguson style. Déconnez pas, c’est important, surtout après les victoires de Chelsea et de City hier soir.« 

.

Les compositions d’équipes :

Après la performance niveau U12 de Mc Nair face à Southampton, je décide de le laisser pourrir un peu sur le banc. Ca tombe bien, Jones est de retour. Par contre, j’ai pas d’autres choix que d’aligner Evans, Smalling et Rojo étant blessés (pour changer). Va falloir sortir les couilles, parce que niveau effectif c’est complètement « YOLO ». Je sais pas ce que ça veut dire mais c’est l’expression favorite de Blackett. Ses coéquipiers disant que ça correspond pas mal à son style de jeu.

Manchester United : De Gea, Valencia, Jones, Evans, Young, Carrick, Fellaini, Mata, Rooney, van Persie, Wilson

Liverpool : Jones, Johnson, Skrtel, Lovren, Moreno, Henderson, Allen, Gerrard, Coutinho, Lallana, Sterling 

.

La première période :

Le début de match est très compliqué. Liverpool a le ballon et on joue très (trop) bas. Phil Jones est solide mais au milieu Fellaini perd plus de ballon qu’il n’en gagne et ça se ressent dans la qualité de notre match. Juste avant le quart d’heure de jeu, Sterling est alerté dans la surface mais tombe sur un De Gea impérial. J’ai à peine le temps de sortir mon mouchoir pour essuyer les goûtes de sueurs qui coulent de mon front que Valencia humilie Moreno et délivre une passe parfaite pour Rooney à l’entrée de la surface. Le contre pied est parfait et on ouvre le score. Facile.

Première occasion et premier but, ça devient une habitude pour notre équipe. Derrière on reprend nos bonnes habitudes en défendant assez bas et en profitant des espaces pour contrer. Carrick est tout simplement monstrueux et marche sur l’eau dans ce match. En même temps, avec Evans qui fait tout sauf du bien, il y a bien besoin d’un taulier aujourd’hui. Avant la demi-heure de jeu, Sterling prend de vitesse Jones (quelle surprise) mais bute à nouveau sur De Gea. World Class goalkeeper. On se dirige tranquillement vers la mi-temps quand Young déclenche un centre du côté gauche. Je sens l’opportunité et je balance mon calepin sur la tête de l’arbitre de touche qui détourne son regard du jeu à ce moment. Van Persie dévie le centre de la tête sur Mata, seul au deuxième poteau mais hors-jeu de trois mètres. On appelle ça un « but collectif ».

Deux zéro à la mi-temps. On est bien.  .  

La deuxième période

Bon soyons tout de suite clair. Si De Gea a été bon en première période, il va devenir magique en deuxième. Un monstre, un mur, un tank. Tout ce que vous voulez. Alors plutôt que de vanter les relances hasardeuses de d’Evans, les marquages légers de Jones ou les pertes de balles de Fellaini, je vais simplement vous lister les exploits de « Don David ». 

50ème : Evans donne un caviar en retrait à Sterling qui dribble David. Solide, il revient vite sur ses appuis et nous sauve d’une deuxième période sous aide respiratoire.

67ème : Sterling sert Balotelli dans la surface qui envoie un missile au six mètres sur De Gea qui la détourne sur sa barre. Celle-là, j’ai pas d’autres choix que de vous balancer la vidéo 

82ème : Balotelli reprend un centre d’Henderson au point de pénalty. David capte le ballon sans trembler. Le patron c’est lui, et personne d’autres.

86ème : Troisième duel entre Balotelli et De Gea. Et devinez qui le remporte ? Ba oui, vous avez raison. C’est encore lui.

Entre tous ses miracles, Van Persie a marqué le troisième but. Leur défenseur là, Lovren, on peut le remercier. Avec lui c’est Noël avant l’heure. Relance dans l’axe sur le centre de Rooney puis placement hasardeux pour couvrir Van Persie du hors-jeu. Thanks dude.

Les joueurs

De Gea : Grandiose, monstrueux, décisif, extraterrestre. Rajoutez tout les synonymes que vous voulez pour décrire sa performance hors du commun. De loin le meilleur joueur sur la pelouse 

Valencia : Très grand match d’Antonio. Passeur décisif sur le premier but, il a humilié Moreno pendant tout le match. Très influent offensivement et a fait le bouleau derrière 

Carrick : Le patron que je cherchais derrière. Sur de lui, bon dans la relance et physiquement au niveau, il monte en puissance au fur et à mesure des matchs. 

Evans : Tout l’inverse de Carrick. Physiquement et dans la relance c’est laid, et loin de rassurer ses coéquipiers. 

Jones : Pour un match de reprise, c’est franchement pas mal. Il a bien tenu le coup même si on a senti que Sterling lui faisait mal à chaque accélération. Encourageant 

Young : Moins en vue que sur les derniers matchs, il a néanmoins fait un match sérieux. Décisif sur le deuxième but de Mata avec ce centre pour Van Persie. 

Fellaini : Si Maroune fait des bons matchs depuis un mois, celui là n’en est pas un. Techniquement c’était affreux et à la récupération on l’a vu faire bien mieux. Match à oublier pour lui. 

Rooney : Buteur une nouvelle fois et essentiel au milieu de terrain dans son rôle très bas aujourd’hui. A sa sortie on a vu tout les problèmes de l’équipe pour relancer sans lui. Importantissime. 

Wilson : Courageaux mais ça casse pas trois pattes à un canard. On aurait presque oublié qu’il était sur le terrain aujourd’hui. Heureusement pour lui que Falcao traine encore sa blessure de l’an dernier.

Van Persie : On arrête plus Robin. Encore une fois buteur, il a été moins influent dans le jeu que lundi à Southampton. Mais il monte très clairement en régime et ça me plait. 

Six victoires consécutives pour nous donc, et on revient à cinq points de City. Prochain rendez-vous à Aston Villa samedi prochain pour continuer la série. 

 

3 thoughts on “Dans l’oeil de Van Gaal : Manchester United – Liverpool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.