sam. Jan 25th, 2020

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Dans l’oeil de Carlo : Eibar-Real Madrid

6 min read

12e journée. Un déplacement à Eibar est typiquement le genre de match piège. Le genre de match qu’un champion se doit de gagner. Et bien c’est chose faite. Avec la blessure de Modric il fallait faire des choix, un choix surtout. Je l’ai fait et ça a payé. Asi asi asi gana el Madrid.

carlo-ancelotti-regardera-d-un-oeil-ferme

Le discours du coach :

On ne va pas se mentir, avec une série de 13 victoires de suite (toutes compétitions confondues), sur le papier ce match sent bon. MAIS un déplacement chez un promu n’est pas chose facile. Rajoutons à cela le retour de la trêve internationale et la blessure du chef d’orchestre Modric… Oui là ça sent le match piège. Au moment de prendre la parole j’insiste sur le fait de ne pas prendre de haut l’équipe adverse, de rester concentrer pendant 90 minutes et continuer sur la lancée des matchs précédents : le football plaisir. Ne pas oublier qu’une victoire mettrait la pression sur le barça qui accueille le FC Séville. (Avec assurance) « Allez les gars continuez sur votre lancée et faites-vous plaisir » #FootballManager

La composition d’équipe :

Le point d’interrogation c’est bien sur le remplacement de Luka (#AnimoModric). Plusieurs solutions.

  • Kedhira : Associer l’allemand à son compatriote Kroos semble la plus logique, le premier permettrait au second d’évoluer un peu plus haut que d’habitude, car débarrassé de son rôle de milieu défensif. De plus, leur entente mardi contre l’Espagne a plutôt bien fonctionné. Le problème de cette solution serait plus d’ordre relationnel avec la direction de Madrid, Khedira « aurait » un pré accord avec le Bayern, ce qui déplairait fortement à Perez.
  • Illaramendi : Donner du temps de jeu au Basque semble aussi une bonne solution mais celui-ci s’est plus entrainé en salle de musculation qu’avec le groupe cette semaine.
  • Isco : Ses coéquipiers le surnomment « La Magia » et ça se comprend, quand Bale s’est blessé, le jeune prodige a fait parler de lui, et de la plus belle des façons. Ses inspirations de génie balle au pied, son travail défensif ont fait de lui le nouveau chouchou du Bernabeu. Petit bémol avec Isco et Kroos aligné, le Real serait déséquilibré. C’est bien joli d’attaquer mais il faut aussi défendre

Et bien finalement ce sera le jeune prodige espagnol, La Magia, qui est aligné. J’annonce la couleur, « ye veux du futebol ! ». Pour le reste, composition d’équipe classique.

On part sur un 4-4-2 qui peut se muer en 4-3-3 en fonction du match. Le reste de l’équipe est sans surprise.

Real Madrid - Football tactics and formations

Et sur le banc : Keylor Navas, Raphael Varane, Fabio Coentrao, Nacho, Alvaro Arbeloa, Sami Khedira, et Javier Hernandez.

La première mi-temps :

Ça part sur un bon rythme, Bale s’écroule dans la surface sur la première action merengue, l’arbitre ne bronche pas, logique. Les deux équipes veulent aller de l’avant. La modeste équipe d’Eibar joue bien les coups et surtout exerce un pressing haut. Les basques défendent en avançant et jouent dur sur l’homme. Le choix d’Isco est donc le choix de la technique, de l’aisance de la sortie du ballon. Ronaldo est en jambe et provoque un coup franc (14e) que Bale expédie sous la barre mais c’est repoussé sur celle-ci, Ramos récupère, envoie un missile dans les HLM d’à côté. Le Real s’appuie sur le talent du futur ballon d’or (c’est quoi l’impartialité déjà ?) pour ouvrir la marque, sur le côté droit il casse des reins puis sert KB9 qui se foire, CR récupère et centre sur James qui crucifie le gardien d’une tête à bout portant. 1-0 à la 22e. Moment de panique et de flottement à la 27e, Iker se retrouve à 15 mètres de la ligne médiane. Joue-la comme Neuer. Iker ballon d’or ? (QUOI ?). A la 30e Iker sauve la casa blanca : sur un contre il se retrouve en 1 vs 1 et gagne son duel. Le match continu sur un bon rythme, Pepe fait un récital de propreté, Isco justifie sa titularisation. 36e : Ramos remarque une caméra, et envoie un pointu districtal dessus. Bien vu. Le Real se fait de plus en plus insistant. Bale parfaitement servi par CR croise trop sa frappe. Ça se rapproche. Et oui à la 43e, suite à un une-deux Carvajal-Bale, le sosie de Dan Bilzerian sert CR7 qui reprend sans contrôle. Lulu. 19e but. C’est qui le papa ? Et moi pendant ce temps-là ? Bhé je célèbre comme Cris

Première mi-temps sérieuse. 2-0. Les joueurs offensifs font les efforts défensifs, les latéraux montent souvent. L’équipe est solidaire, impliquée et n’a pas pris de haut les locaux.

Deuxième mi-temps :

Aucun changement de mon côté. Pareil pour les Basques. On ne change pas une équipe qui gagne hein. On repart sur un faux rythme. KB9 tente de se mettre en valeur suite à une série de dribles mais c’est trop croisé (50e). L’équipe est toujours impliquée et joue les coups à fond que ce soit sur coup de pieds arrêtés ou contre (53e et 63e). Mais l’équipe basque ne lâche pas, soutenue par un public plus actif que moi sur le banc, Ramos est obligé de sauver son équipe avec ses abdos à la 66e. Sur l’action qui suit Marcelo joue parfaitement le une-deux avec CR. Le ballon est mal couvert par le défenseur qui protégeait la sortie, Marcelo se bat et récupère la gonfle, James arrive de nulle part et met en retrait pour Karim. Plat du pied –grosse minasse en lulu- sécurité. 3-0. J’ai le temps de faire quelques changements alors. 72e Varane pour Ramos. Puis Coentrao pour James à la 77e. (Marcelo passe donc en milieu de terrain et Coentrao retrouve son côté gauche.) Le jeu se calme. On sent que le Real a mis le frein à main. A la 81e Ronaldo obtient un pénalty, sur un coup franc direct il trouve le mur mais surtout la main d’un défenseur. Penalty justifié. Penalty transformé. 20 buts. Nouveau record. Bah quoi ? 4-0.

Suite à cela je remplace le Portugais par Arbeloa (le taux de madridisme monte en flèche sur le terrain). Carvajal monte donc d’un cran. 6 joueurs à vocation défensive sur le terrain. Qui a parlé de déséquilibre ? L’arbitre oubliera un pénalty sur Karim à la 86e mais c’est anecdotique. On s’impose 4-0 sur le (petit) terrain d’Eibar. Le contrat est rempli et plutôt de belle manière.

Notes des joueurs :

Casillas : Décisif à 1-0. Le capitaine a fait son taf, malgré des approximations balle au pied et sur ses sorties. 6/10

Carvajal : Le latéral droit barbu n’a pas ménagé ses efforts. Omniprésent défensivement, passeur décisif. Solide. 7.5/10

Pepe : M. Propre. Vu de France, sa place de titulaire prise à Varane est parfois incomprise, remise en question. Ce soir le portugais a encore montré son niveau de top 5 mondial. 8/10

Ramos : L’Andalou a fait son travail, a sauvé l’équipe à deux reprises. Parfois à la limite. On est habitué et on l’aime ce Sergi. 6.5/10

Marcelo : Présent défensivement, un peu plus brouillon offensivement en  première. Le Brésilien a corrigé le tir en étant omniprésent sur toute la deuxième période. 7/10

Isco : Il a fait danser le ballon tout en faisant de gros effort défensif. En plus du talent, le jeune a des épaules. Bel homme. 7.5/10

Kroos : El Maestro. Maître à jouer du Real. Jeu long, jeu court. Récupération de balle. Le tempo c’est lui. Le football c’est lui. 8/10

JR10 : Encore un match solide du jeune colombien. Pas pour rien que James est le joueur avec le plus de matchs joués à la Casa Blanca. 7.5/10

Bale : Match correct du Gallois. Feufolet, souvent au départ des actions dangereuse merengues. Aurait mérité son but. 7/10

Benzema : Encore un bon match du Français. De très bons décrochages qui ont permis de déstabiliser la défense bien en place d’Eibar. Qui plus est buteur. 7.5/10

Cristiano Ronaldo : Double buteur et passeur décisif. Le Portugais continue sa saison sur sa folle lancée. 8.5/10

4 thoughts on “Dans l’oeil de Carlo : Eibar-Real Madrid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.