mer. Oct 16th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Dans l’œil de Van Gaal : Arsenal – Manchester United

5 min read

Même Jose Mourinho et son Inter Milan 2009-2010 n’aurait pas rêvé plus gros hold-up que celui réalisé ce samedi par mes joueurs à l’Emirates. Et franchement on va pas se le cacher : ça fait du bien.

.

Le discours du coach :

Après une trêve internationale qui nous a plus fait de mal qu’autre chose, quoi de mieux qu’un déplacement à l’Emirates pour se refaire une santé. Parce qu’on sait bien que même en alignant les U12, on a toujours une chance face aux Gunners, nos souffres douleurs favoris. Alors même avec une infirmerie pleine à craquer, j’y crois plus que jamais : « Bon les gars ça va pas être simple mais donnez tout. Wenger nous sort sa défense centrale du pauvre Mertesacker-Monreal, si vous en plantez pas au moins un ou deux, je sais plus quoi faire de vous. Vendez moi du rêve, et montrez à l’Alsacien qui sont les patrons »

.

Les compositions d’équipes : 

Encore une fois, les blessures m’empêchent d’aligner un XI correct. Di Maria, Shaw et De Gea ont été touchés en sélection mais pourront tenir leur place. A l’inverse de Blind qui en a pris pour plusieurs mois après une blessure au genou. Ajoutez à ça les blessures de Rojo, Jones et Rafael derrière…vous comprenez rapidement où je veux en venir : Chris « El Double Pied Gauche » Smalling.  » Chris, écoute moi attentivement. Je t’en supplie, fais attention. Dégage tout devant dès que la balle vient dans tes pieds, ne tente pas le diable et surtout, surtout : pas de tacles à l’arrache comme contre City« . Il me regarde, sourire aux lèvres et me répond par un insolent « Got it coach« . La confiance que j’avais pour ce match vient de chuter de 99%.

Arsenal : Szczesny – Chambers, Mertesacker, Monreal, Gibbs – Ramsey, Arteta, Wilshere, Oxlade-Chamberlain – Welbeck, Sanchez

Manchester United : De Gea – Valencia, McNair, Smalling, Blackett, Shaw – Carrick, Fellaini – Rooney, Van Persie, Di Maria

.

La première mi-temps :

Si je devais résumer en une phrase cette première période : défensivement proche du KO, offensivement proche du néant. Une espèce de QPR 2.0. Dès la cinquième minute, Danny Welbeck se crée la première occasion et me fait lever de ma chaise. Tout le monde peut marquer contre nous. Mais pas lui, sinon je vais encore avoir droit aux moqueries de tous les tabloïds locaux. Derrière on prend cher. Entre Wilshere qui rate une énorme occasion et Blackett qui voit pas le jour, les dix premières minutes sont dures à vivre. Quand on parle de Tyler admirez plutôt l’artiste

Cinq minutes plus tard, Luke Shaw sort sur blessure. Bref, c’était déjà pas facile, ça devient une équation à 1000 inconnues. Surtout que je n’ai pas d’autres solutions que d’envoyer Ashley Young à son poste. Je me retrouve donc dans un 3-5-2 avec Mc Nair-Blackett-Smalling derrière et Young et Valencia sur les côtés. Tout va bien. Vraiment très bien.

Hormis une frappe de Di Maria qui passe pas loin du cadre, rien à se mettre sous la dent en première mi-temps. Arsenal presse très bien et on galère pour porter le ballon dans le camp adverse. Welbeck à deux reprises se retrouve en bonne situation et justifie ainsi mon choix de m’en séparer en croquant ces dernières. La seule bonne nouvelle de se première acte.

.

La deuxième période :

Le deuxième acte commence comme avait fini le premier : en souffrance. De Gea est omniprésent pour arrêter les frappes multiples, sans être véritablement dangereuses des Gunners. Avec lui tu peux partir à la guerre serein, il sera plus efficace qu’un bouclier en titane. Puis vient la 55ème minute, et le premier miracle de la soirée. Après une sortie ratée de Szczesny, Valencia envoie une frappe que Gibbs détourne dans son propre but. On ouvre le score sans avoir cadré un seul tir : le hold up est parfait.

Sur sa sortie Szczesny se blesse. Tout va dans notre sens dans cette deuxième période, c’est absolument génial. Wenger doit faire rentrer son troisième gardien et je sens que ce match ne peut pas nous échapper. De Gea sort toutes les timides tentatives d’Arsenal. Les Gunners dominent outrageusement mais n’arrivent pas à conclure devant le but. En même temps quand tu joues avec Danny devant… ça aide pas. A cinq minutes du coup de sifflet final, Di Maria envoie un caviar à Rooney en contre attaque. Une occasion un but pour le capitaine et l’affaire est close. Et même si l’arbitre donne 8 minutes de temps additionnel à Arsenal pour m’emmerder, même si Giroud marque le but de sa vie à la 95ème, rien ne pouvait nous arriver. Trois points à l’Emirates, une 4ème place récupérée avec un trio Blackett – Mc Nair – Smalling derrière : c’est qui le patron maintenant ?

.

Les joueurs :

De Gea : Un match qui aurait été parfait si il avait sorti la frappe de Giroud. Je suis dur avec lui parce que c’est le meilleur de l’équipe. Tout simplement

Blackett : Début de match cauchemardesque puis c’était de mieux en mieux au fil du match. Sans être transcendant.

Mc Nair : Putain Paddy, tu vas les donner les coups ? C’est trop tendre, faudrait que Nemanja revienne lui donner des cours.

Smalling : En étant honnête avec vous je suis agréablement surpris par Chris ce soir. J’aurai jamais pensé dire ça un jour, mais il a marqué des points ce soir

Valencia : Toujours meilleur que Rafael

Young : Rentré au quart d’heure de jeu, j’ai prié pendant de longues minutes. Dieu existe donc, match très sérieux de la part d’Ashley. Well done guy

Carrick – Fellaini :  Je note les deux milieux en même temps. A la récupération c’était trop léger. Dans le pressing aussi. Le milieu d’Arsenal s’est baladé, heureusement pour Carrick, Fellaini a fait le boulot en ratissant des deux côtés du terrain

Di Maria : Le seul qui a réellement porté le danger devant. Passeur décisif et incisif dans le jeu offensif, il aurait pu marqué son but si il avait pas croqué un face à face tout fait à la 92ème. Dommage

Rooney : Combatif sans être brillant, il a su mettre le but du break au bon moment. C’est peu, mais ça me suffit amplement

Van Persie : Comme Wayne, il a été privé de ballon pendant la totalité du match. Difficile de la noter tant il a été transparent

Prochain rendez-vous samedi prochain contre Hull. Pour toujours plus se rapprocher du podium ?

3 thoughts on “Dans l’œil de Van Gaal : Arsenal – Manchester United

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.