mer. Oct 23rd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

MLS Cup Playoffs – Episode 1: Knockout Round + Conference Semifinals (First Leg).

8 min read

usa

La phase finale a commencé la semaine dernière. Avant les matchs retour qui commencent ce soir, voici le résumé des six premières rencontres.

BWP saute plus haut que la défense du SKC. Willy Sagnol aurait pu dire quelque chose là-dessus. (Source: kansascity.com).
BWP saute plus haut que la défense du SKC. Willy Sagnol aurait pu dire quelque chose là-dessus.
(Source: kansascity.com).

 

29/10  – Western Knockout Round: FC Dallas 2-1 Vancouver Whitecaps FC

Le premier match des play-offs 2014 opposait deux équipes absentes lors de l’édition 2013. Lors de sa dernière participation, en 2011, le FC Dallas s’était incliné à domicile à ce stade de la compétition contre les New York Red Bulls. De leur côté, les Vancouver Whitecaps disputaient là leur deuxième rencontre de play-offs, devenant ainsi l’équipe canadienne la plus expérimentée à ce niveau. De plus, ils pouvaient remporter leur première victoire à Frisco. Mais ce challenge a été repoussé à la saison prochaine.

Dans une rencontre verrouillée, il a fallu attendre la 40e minute pour voir le premier but de la rencontre. Du milieu du terrain, Mauro Diaz s’élance et sert Akindele, démarqué (1-0, 40e).  Le roookie a été oublié par Harvey, qui a préféré partir gêner Diaz (déjà marqué par O’Brien) et l’a donc oublié.

Erik Hurtado a égalisé au retour des vestiaires. Une issue mérité pour une équipe qui a su se crééer plus d’occasions malgré une possession du ballon moindre. Néanmoins, le but vainqueur fera l’objet de vifs débats puisqu’il intervient à la suite d’une action. Récupérant le ballon dans la surface, Waston s’est aidé de la main. Bien que cette dernière semble totalement non intentionnelle, le bras est bel et bien décollé lors du méfait. L’arbitre n’a pas hésité pour désigner le point de penalty, transformé par Michel (2-1).

La rencontre resta tendue puisque Sébastian Fernandez écopa d’un carton rouge pour contestation après le coup de sifflet final. Avec cette victoire, le FC Dallas se qualifie pour les demies de conférence où il affrontera les Seattle Sounders.

 

30/10 – Eastern Knockout Round: New York Red Bulls 2-1 Sporting Kansas City.

Sur le papier, l’affiche était intéressante. Les deux « champions » (le Shield pour NY, la Cup pour SKC) de 2013 face à face. Mais le Sporting Kansas City est actuellement diminué et les New York Red Bulls ne sont pas « clutch » en play-offs. Ils n’ont d’ailleurs jamais remporté de rencontre de post-saison à domicile depuis l’ouverture de la Red Bull Arena, en 2010.

Avec plus d’ambiance qu’au Toyota Park la veille, cette enceinte a dû attendre la fin d’un match où la première période a eu des allures de round d’observation. La situation se débrida au retour des vesitaires avec l’ouverture du score de Dom Dwyer, bien décalé par Feilhaber, contre le cours du jeu (0-1, 54e).  Mais les pensionnaires de la Red Bull Arena n’avaient pas dit leur dernier mot. Surtout pas le meilleur buteur de la saison régulière.  A la 77e minute, sur une action initiée par Péguy Luyindula, Bradley Wright-Phillips a égalisé pour New York. Le suspense est ensuite resté entier jusqu’à la fin. Ce n’est qu’à la 90e minute que l’Anglais permit à son équipe de décrocher la victoire sur un coup de tête (2-1)

New York passe un premier tour de play-offs depuis 2011 et recevra D.C. United, laissant à Thierry Henry le soin de disputer au moins deux autres rencontres avec son équipe. L’autre enseignement de la soirée, c’est que la MLS changera de champion cette année. Kansas City devient la véritable mauvaise surprise de la saison 2014.

En fait, il fallait que Charlie joue contre Sochaux pour inscrire un doublé. (source: playingfor90).
En fait, il fallait que Charlie joue contre Sochaux pour inscrire un doublé.
(source: playingfor90).

 

01/11 – Eastern Conference Semifinal: Columbus Crew 2-4 New England Revolution.

Peu d’observateurs auraient parié sur la présence de ces deux équipes en play-offs. Tout au plus, certains pensaient que New England confirmerait avec difficulté sa belle saison 2013. Pourtant, le duel était sur le papier l’un des plus intéressants avec deux des franchises les plus en forme de la MLS. Il était également historique puisqu’il était le premier à être concerné par la règle du but à l’extérieur, pour la première fois en vigueur dans la ligue.

New England a très vite appris la règle et s’est facilitée la tâche avant le retour. Columbus n’aurait pas pu rêver pire retour en post-saison après deux ans d’absence. New England, dont la même ossature avait fait douter Kansas City à pareille époque, lui a montré ce que c’était qu’un virage réussi. Ancien de la Ligue 1, Charlie Davis a inscrit un doublé, dont le but de l’ouverture du score (0-1, 34e). Sur une passe de Rowe, l’ancien Sochalien s’est ouvert un chemin dans le mur du Crew pour aller placer sa tête. Les deux autres buts des Revs sont l’œuvre d’un coup franc magnifique de Tierney et d’un but inscrit par l’inévitable Nguyen dans une certaine confusion. Justin Meram (1-2, 64e) et Federico Higuain (2-4, 90e) avaient réduit la marque pour la franchise de l’Ohio.

Pour se qualifier, le Crew devra aller gagner 0-3 à Foxborough, Massachussetts. S’il ne le fait pas, il saura au moins de qui tenir pour confirmer sa belle saison de transition. New England a tiré le maximum du profit de sa petite possession (18 tirs ; 41,8 %).

 

 

01/11 – Western Conference Semifinal: Real Salt Lake 0-0 Los Angeles Galaxy

Ces deux franchises s’étaient déjà affrontées l’année dernière à pareil stade de la compétition, mais dans un ordre inversé. Cette double confrontation avait vu la qualification du Real Salt Lake, en route ensuite pour la MLS Cup.

La première levée 2013 a donc été sans le moindre but. La franchise californienne, dominatrice en termes de possession en première période, a ensuite été mangée par la formation de l’Utah. Toute ? Non ! Un dernier homme a résisté aux assauts des troupes de Jeff Cassar: le gardien panaméen Jaime Penedo ! Ce dernier a réalisé six arrêts « sauvetages », soit le meilleur chiffre des six premiers matchs de play-offs.

Habituellement connu pour son efficacité, le RSL a donc connu cet écart de conduite au plus mauvais moment. Néanmoins, les coéquipiers de Kyle Beckerman peuvent se satisfaire d’une chose: LA n’a pas marqué et son attaque a même été éteinte (seulement 3 tirs pour le Galaxy). La deuxième manche se déroulera alors à Carson avec un 0-0. L’année dernière, ceci aurait sonné le commencement d’un nouveau match. Cette année, ce sera celui d’une nouvelle bataille.

Source: Site officiel des Seattle Sounders.
Source: Site officiel des Seattle Sounders.

02/11 – Eastern Conference Semifinal: New York Red Bulls 2-0 D.C. United

Duel de rivaux pour cette demie de conférence. Vainqueur de l’Est en saison, D.C. United retrouvait les play-offs après une année 2013 chaotique. Sur la route des hommes de Ben Olsen se présentaient les New York Red Bulls, qui ont su se débarrasser du Sporting KC au Knockout Round.

Les deux équipes ont observé un long round d’observation. Elles se craignaient. Deux hommes se détachèrent en première période côté New York : Jamison Olave, patron de la défense, et Bradley Wright-Phillips. Pourtant signalé trois fois hors-jeu, l’Anglais a néanmoins été dangereux tout au long des 45 premières minutes. Il lui pourtant fallu la première entrée du récital du joueur qui a illuminé le match: Thierry Henry. C’est la talonnade du Français qui a mis l’Anglais dans une bonne position pour l’ouverture du score.

A la mi-temps, la franchise de la capitale était inquiète. En effet,  elle s’était retrouvée menée en saison régulière à sept occasions n’avait jamais gagné dans ce cas. La seconde période donna raison à cette statistique. D.C. United n’a rien proposé, laissant le ballon à New York. Pour autant, les Bulls ont fait preuve d’une domination totale, certes mais, timorée. Ils auraient pu coller quatre ou cinq buts de plus. Il a pourtant fallu attendre la 77e minute et une autre merveille de passe de Thierry Henry, désigné homme du match, à destination de Péguy Luyindula, qui glissa le ballon entre les jambes de Bill Hamid. L’écart de deux buts était fait. Rien n’a changé. Pas même Sean Franklin, dont la frappe de fin de match fut détournée par Jamison Olave, véritable roc de la défense new-yorkaise.

Hostile aux finales de conférence ces dernières années, New York est désormais dans une excellente position avec deux buts d’avance avant le match retour à Washington. La franchise du New Jersey, très irrégulière, a su montrer son meilleur visage. Attention car elle serait capable de montrer son pire dès samedi prochain.

 

02/11 – Western Conference Semifinal: FC Dallas 1-1 Seattle Sounders FC

Seattle, vainqueur du Supporters’ Shield, était donc la dernière équipe à se qualifier. L’objectif des hommes en vert est clair: ne pas connaître le même destin que San Jose et New York ces deux dernières années. Eux aussi champions en saison régulière, ces deux formations n’avaient pas réussi à passer l’obstacle de la demie de conférence.

Et, comme l’autre match de l’Ouest, cette bataille s’est terminée sur un résultat nul. Comme lors de tous les autres matchs de ces quarts de finale, il y eut un long round d’observation avant que Marco Pappa ne fasse faute sur Andrès Escobar. Le Brésilien Michel permit au FC Dallas de mener 1-0 à domicile et de repartir au vestiaire avec un avantage.

Seattle, plus a mis neuf minutes. A la 54e minute, sur un coup franc de Marco Pappa, qui s’est donc bien rattrapé, Oswaldo Alonso a monté la tête plus haut que tout le monde pour égaliser. En dehors des deux buts, il n’y eut pas grand- chose à se mettre sous la dent. A la fin, le match nul semblait équitable. Dallas avait la maîtrise du ballon (57% de possession) mais n’a pas su quoi en faire (6 tirs seulement). Seattle s’est montré plus dangereux et a obligé Raul Fernandez à effectuer six arrêts. Cependant, Obafemi Martins n’a pas marqué et Clint Dempsey est resté très discret. Néanmoins, Seattle reste en ballotage favorable avant le match retour. Celui-ci aura lieu lundi au CenturyLink Field, devant environ 40 000 personnes. Comme d’habitude.

Programme:

 08/10: D.C. United – New York Red Bulls,

09/10: New England Revolution – Columbus Crew ; Los Angeles Galaxy – Real Salt Lake

10/11: Seattle Sounders FC – FC Dallas

 

Pour terminer sur le soccer US, notez que les demies-finale de la NASL auront également lieu ce week-end. Elles opposeront le Minnesota United aux Fort Lauderdale Strikers et les San Antonio Scorpions aux New York Cosmos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.