mer. Juin 26th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

FC Nantes : bilan de la saison 14-15

8 min read

Le cru français de cette année s’est achevé sur un triplé historique du PSG. Faute d’avoir pu vous proposer les résumés des derniers matchs, revenons aujourd’hui sur l’ensemble de cette saison pour le moins mitigée côté jaune & vert. On fait le bilan, calmement, en s’remémorant chaque instant.

Der Zak

Le fil de la saison

Le championnat démarre en août après une série de matchs amicaux plutôt inquiétante (2 victoires, 3 nuls et 2 défaites) face à des adversaires d’un niveau plus faible que la Ligue 1. Un problème important pointe déjà le bout de son nez : la faiblesse de notre attaque avec seulement 6 buts en 7 matchs. Pourtant la première rencontre face à un RC Lens dans un flou administratif et financier nous voit l’emporter 1-0 grâce au jeune Bammou tout juste lancé dans le grand bain (il aura mis une minute pour marquer après son entrée). Après cinq journées, le club est calé dans le milieu de tableau à la 10ème place (2V 1N 2D).

A partir de la mi-septembre et pendant deux mois, l’équipe va élever son niveau et enchaîner dix matchs sans défaites et une qualif’ en huitièmes de Coupe de la Ligue. On est cependant loin du football samba, ces bons résultats reposent surtout sur notre défense solide et la volonté d’arracher au moins un point lorsque l’on peine à faire la différence devant (ce qui arrive régulièrement). Cela fonctionne. Au compte de la 14ème journée, le FCN pointe à la 4ème place derrière le trio PLM, juste avant d’aller affronter l’OM au Vélodrome.

Malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin. L’équipe essuie trois revers d’affilé dont un au Parc qui est plutôt injuste. Cela aura le mérite de piquer l’orgueil du groupe qui finira l’année 2014 sur une bonne note avec trois succès (Bordeaux, Metz en CDL et Lorient). A la trêve le FCN est 7ème avec 30 points.

L’année 2015 commence de manière ultra poussive. La victoire face à Lyon en seizièmes de Coupe de France est une exception. L’équipe est dans une spirale négative et accumule les mauvais résultats. Au cours des mois de janvier et février on prend 3 points sur les 21 possibles avec un but marqué. De plus nous sommes sortis des deux coupes à cause de deux non-matchs de notre part. A ce rythme là, les ambitions européennes sont définitivement oubliées et le maintien risque d’être plus compliqué que prévu. Pourtant la magie de notre championnat fait que nous sommes 11ème mais qu’à 5 points de la zone rouge.

Il faut donc attendre mars pour voir le FCN de nouveau victorieux en Ligain. Les deux victoires à domicile face à Guingamp et Evian nous maintiennent en milieu de tableau. Mais nous sommes loin d’être sortis d’affaire puisqu’on replonge face à Reims et Caen, deux concurrents directs. La fin de saison est crispante et les matchs d’une qualité affreuse.

Finalement le maintien est acquis à la 34ème journée grâce à une victoire face à Marseille qui traverse une mauvaise passe et un match nul à Toulouse. Les quatre dernières rencontres furent d’un intérêt inexistant malgré de belles affiches (Nantes-Paris et Bordeaux-Nantes pour la dernière à Chaban). Le FCN fini donc 14ème avec 45 points (11V 12N 15D) et n’aura pris que moitié moins de points lors de la phase retour par rapport à la phase aller.

Voilà un retour sur une saison plutôt décevante mais la question à se poser est la suivante :

Pouvait-on faire mieux ?

Au premier abord, on s’attendait à une saison plutôt compliqué sur les bords de l’Erdre. Le départ de Djordjevic à la Lazio et l’interdiction de recruter cet été nous ont laissé orphelin d’un buteur digne de ce nom. Début août l’objectif affiché est clairement le maintien avec un effectif qui vient majoritairement de Ligue 2 et très peu renforcé. Le staff a fait son maximum avec ses moyens et a même fait émerger quelques nouveaux talents comme N’Koudou, Bammou et Rongier en fin de saison. Les plus insouciant d’entre nous diront donc que le job a été fait, sans trop forcer. Le club n’étant jamais passé sous la 15ème place du classement, on ne peut pas dire qu’on ait été vraiment menacé de relégation.

Oui mais voilà, quand on est 7ème à la trêve est ce qu’on ne peut pas viser un peu plus haut ? Pour Kita il est clair que oui, il affirme que le club pouvait finir en première partie de tableau, au niveau des seconds couteaux comme Montpellier, Rennes ou Lille. Et on ne peut pas lui donner tort. Malheureusement l’équipe est passé au travers au début de l’année 2015, quand les réelles ambitions se dessinent. Au delà des mauvais résultats, c’est le manque de jeu et l’attitude apathique qui m’a réellement frappé à ce moment. J’en ai pour preuve les deux éliminations en coupes sans vraiment jouer sa chance, comme si tout était prévu d’avance. Les joueurs semblaient résignés dès l’ouverture du score adverse. Ces choses là étaient moins frappantes l’année dernière. Peut être à cause de l’euphorie de la montée, c’est possible. Dans tout les cas, on était en droit d’attendre mieux au niveau spectacle. 29 buts en 38 matchs voilà le genre de records dont on ne peut être fier.

Bref, passons maintenant à ce que vous attendez tous (ou pas) :

Les notes de la promo 2014-2015

On commence sur les chapeaux de roues par les portiers et avec un des majors de promo, Rémi Riou 7/10. Très régulier, souvent décisif et très peu d’erreurs à son actif. Il a eu la force et le mental de surmonter la disparition de son père la veille de Lorient-Nantes en décembre. Sa prolongation jusqu’en 2018 nous laisse serein à ce poste là. Car Maxime Dupé 6/10 a lui aussi répondu présent lors des six premières journées et en Coupe de France (bon c’était pas terrible contre Paris, sans doute la pression).

Oswaldo Vizcarrondo 7/10 a bien été El Patrón en défense. 42 matchs, 4 but et seulement 6 cartons jaunes ! Une belle progression contrairement à Papy Djilabodji 5,5/10, clairement pas à son niveau de l’année dernière. Le sénégalais avait déjà la tête ailleurs (sûrement en Angleterre) à partir de décembre. Malgré une blessure à la mi-saison, Kian Hansen 6,5/10 a lui montré de bonne choses, souvent au poste de milieu défensif. C’est bien dommage qu’il ait eu le mal du pays. Enfin Koffi Djidji 3,5/10 n’a pas réussi à se faire sa place dans la charnière centrale (6 matchs) et lorsqu’il a eu sa chance il ne s’est pas beaucoup montré à son avantage.

Du côté des latéraux (et c’est un pléonasme) Issa Cissokho 5/10 a commencé dans le dur puis fait quelques bons matchs mais n’est impliqué sur aucun but. Tout juste la moyenne donc comme Chaker Alhadhur 5/10 qui a profité des absences d’Issa et de Veigneau pour faire une bonne quinzaine de matchs. Olivier Veigneau 4/10 a lui connu sa pire saison sous les couleurs nantaises. Au point d’en perdre son brassard et sa place. Dur.

Au milieu de terrain, un nom nous vient en tête lorsqu’on pense au premier de la classe. Il s’agit bien sûr de Jordan Veretout 7,5/10. Il a franchi un cap en portant toute l’équipe cette saison, terminant même meilleur buteur (7buts) et meilleur passeur (5 passes dé). Ce qui lui vaut l’attention de quelques gros clubs européens. Alejandro Bedoya et Vincent Bessat, 6,5/10 chacun, sont également auteurs d’une bonne saison. L’un pourra montrer encore plus de choses l’année prochaine tandis que l’autre, qui a fait preuve d’un professionnalisme irréprochable, va nous quitter. Au plus grand dam des supporters. Peuvent mieux faire, Lucas Deaux et Georges-Kevin NKoudou : 5,5/10. Le petit GK pense déjà aux grandes écoles mais pas sûr qu’il ait le niveau. Valentin Rongier 6/10 reçoit lui les encouragements pour sa bonne saison en CFA et ses quelques apparitions prometteuses. Bien calé au fond et à côté du radiateur, Rémi Gomis 4,5/10 est prié d’aller aux rattrapages.

Pour finir notre attaque fût menée par Yacine Bammou 6/10 qui a fait preuve d’envie et qui devra progresser l’année prochaine. Johan Audel 5/10 a trop souvent été dispensé par l’infirmerie. Quant à Ismaël Bangoura 3/10 et Serge Gakpé 4/10 (Sergio Gakpinho pour les intimes), la réorientation semble inévitable.

Voilà c’est tout pour cette saison et c’est déjà pas si mal. On se quitte sur une note légère (encore une) avec le top des scénarios plus ou moins probables pour ce mercato d’été.

* N’Koudou part à l’OM pour 1,5M€. Barré par la concurrence, il ne fait qu’une dizaine d’apparitions avant d’être prêté successivement à Brest, Bastia puis à Dijon. Il termine sa carrière à 25 ans à Colmar.

* 11 ans après le départ de Viorel Moldovan, le FCN réactive le filon roumain et recrute Bogdan Stancu (Gençlerbirliği). Finalement le bougre se retrouve n’être qu’une pâle copie de Florin Bratu.

* Suite au transfert avorté de Nicolaj Thomsen et l’arrivé d’Adrien Thomasson, le club piste Joachim Thomassen (Sarpsborg 08) et Erik Thommy (Augsburg). Thomas Cook Airlines devient le sponsor maillot pour les 10 prochaines années.

* Après Olivier Monterrubio l’an passé, Fabrice Pancrate et Jean-Claude Darcheville intègrent la cellule de recrutement de Matthieu Bideau, provoquant la démission immédiate du cuisinier. #TeamQuintal

* A quelques heures de la fin du mercato, le club enregistre la venue du jeune Xavier Pastouret ex-agent d’entretien du Camp des loges. 9 mois plus tard, le FCN remporte la Coupe de France face au PSG grâce à un doublé de Xavier. Dream Bigger.

1 thought on “FC Nantes : bilan de la saison 14-15

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.