mar. Oct 15th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

On a assisté au premier match de Gignac en Liga Mexicaine

4 min read

« Parti pour l’argent » au Mexique selon certains, André-Pierre Gignac jouait ce week-end son premier match de Liga MX. L’occasion pour nous d’aller vérifier si Dédé allait réellement marcher sur ce championnat ou si il allait tout de même y affronter quelques difficultés. Reportage sous la chaleur étouffante de Monterrey.

Il est 18 heures et la température extérieure est de 37 degrés. Celle du sang présent dans les veines des membres des Libres y Lokos est probablement plus élevée. El Volcán, l’un des stade les plus bouillants du Mexique s’apprête à accueillir ses héros déchus. Quatre jours après leur défaite en finale de Copa Libertadores face à River, les joueurs des Tigres retrouvent leur antre bouillonnante; au loin, le symbole de Monterrey, le Cerro de la Silla, cette montagne en forme de chaise comme sortie d’une toile de Picasso.

El Volcán
El Volcán

Ce match face aux Chivas, le grand club de Guadalajara, est également le premier d’André-Pierre Gignac en championnat depuis son arrivée dans le nord du Mexique. Décisif face à l’Internacional Porto Alegre en demi-finale de Copa Libertadores, cette rencontre face aux Chivas était l’occasion de voir comment allait se porter l’ancien marseillais face à un gros du championnat.

Dans le stade, Dédé est déjà une star. Bien que de nombreux mexicains ne connaissaient pas le nom de l’attaquant français, les regiomontanos ont été séduits par sa réputation: celle d’avoir été le second meilleur buteur du championnat de France avec 21 buts. Deux de plus qu’Ibrahimovic et trois de plus que Cavani. Assez donc pour faire du numéro 10 auriazul l’un des flocages les plus visibles dans les tribunes du Volcán.

Le match est lancé et les Libres y Lokos donnent de la voix. Plus de 45 000 âmes sont venues braver la chaleur dans cet Estadio Universitario démuni de toit en plein soleil. Le match lui, tarde à s’emballer. André-Pierre, seul en pointe épaulé par Rafael Sobis placé un peu plus bas est bien pris par la charnière des Chivas. Le Français semble avoir du mal à se déplacer. Est-ce la chaleur, ou bien Dédé aurait-il abusé de tacos et autres burritos ?

André-Pierre déjà décisif

A la demie-heure de jeu, le français déborde sur la gauche. Son centre court est renvoyé en corner par la défense chiva. Sur le coup de pied de coin, les Tigres ouvrent logiquement le score. Quelques minutes avant la pause, le Français récupère un long ballon de son gardien, dos au but. Il contrôle, évite que le ballon ne sorte en touche, se retourne et lance son latéral gauche sur l’aile. Sur cette action, Gignac fait étalage de toute sa puissance. Le public aime.

La pression des Tigres se fait de plus en plus forte. Sur une longue passe d’un de ses relayeurs, André-Pierre récupère le ballon; face à lui, à l’entrée de la surface, Carlos Salcido, le solide international mexicain. André-Pierre fixe, glisse le ballon entre les jambes du défenseur mexicain et se retrouve face au portier chiva; le regard figé sur Sobis, le Français envoie finalement le ballon au fond du but. El Volcán explose.

Puis Gignac vendange

En seconde période, la chaleur étouffante semble agir sur le corps de Gignac. Réduits à dix, les Tigres reculent et se font rejoindre au score. Les Chivas réussissent même à égaliser à dix minutes du terme (2-2). On semble se diriger vers un partage des points, mais dans le temps additionnel, sur un long ballon, Gignac se retrouve avec le ballon dans la surface adverse. Il crochète le dernier défenseur pour faire face aux cages. Gignac va offrir la victoire aux Tigres, leur première en championnat. Seulement, Gignac se retrouve le cul par terre, son tir dans les tribunes.

Gignac, après son tir raté
Gignac, après son tir raté

 

L’ancien marseillais vient de laisser passer l’occasion de marquer le coup face à son nouveau public et de lui offrir sa première victoire. Après sa frappe, l’homme aux 102 buts en Ligue 1 reste de nombreuses secondes couché sur la pelouse, face contre terre. Il s’excusera même dans le vestiaire à la fin du match auprès de ses partenaires. Décidément, entre golazos et vendanges, les débuts d’André-Pierre Gignac sont loin d’être de tout repos. Et la suite promet d’être emballante.

@DiegoTonatiuh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.