mar. Sep 17th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

OL : Europe Europe, mon amour

3 min read

C’est avant tout un soulagement. L’OL y sera encore. Après cette victoire, convaincante il est vrai pendant 80 minutes, Lyon passe le 1er tour. Comme toujours. Comme depuis ces matchs couperets contre le Real de Casillas, comme contre le Liverpool de Stevie G. Maintenant, c’est Rijeka, le Bétis et les déplacements un peu poisseux.

ATHLETIC BILBAO VS OLYMPIQUE LYONNAIS

Il n’y a plus Essien pour défendre sur Guti, il n’y plus Coupet pour faire des miracles, Dieu Sidney ne pourra (enfin on ne sait pas, l’enfant en moi croit toujours à un retour) plus gambader aile droite contre le Bayern. Dorénavant, c’est Miguel Lopes contre Cedrick, Jimmy Briand contre Chris Malonga. C’est triste à écrire. C’est triste quand on y pense. Quand reverrais-je un Pjanic me faire chavirer au Bernabeu ? Bonne question. Les Lyonnais apprendront à faire sans pour un petit moment. Mais le Lyonnais, lui, contrairement aux autres supporters de l’OM, de Sainté, saura que leur club à une âme européenne.

18h50. Moment de réflexion, l’OL va affronter le Bétis dans 10 minutes.
Jimmy Briand est titulaire, Bedimo, LA recrue depuis 3 saisons, est toujours présent. Malgré 3 matchs nuls et une victoire, l’OL peut se qualifier dès ce soir. Pour les 16emes d’Europa League. Quelle continuité me dis-je.
Né en 1994, j’ai l’habitude de voir l’OL en Europe. N’importe quelle Europe. Ce n’est pas une question de Ligue des Champions ou de Coupe UEFA. C’est une question d’Europe. Et depuis longtemps, l’OL est là. Portant haut les couleurs de la France sur le vieux continent. Les Juninho, Essien, Govou ont illuminé Milan, Barcelone mais surtout Madrid sur la durée. Ils se sont installés. Et de voir maintenant Lacazette rentrer sur la pelouse, je me dis que c’est grâce à eux. Un héritage. Concrètement, notre équipe est nulle. Pourtant, elle se débrouille, elle fait son chemin. L’Âme. L’Âme de l’OL, de Lyon. L’année dernière contre Tottenham, l’OL se battait comme aux plus beaux jours, et il aura fallu une frappe de loin de Dembelé à la dernière seconde pour passer. Je reste convaincu que si nous venions à affronter du gros cette année au tour suivant, nous ne passerions pas pour des guignols. Non, on ne perdra pas comme des merdes à Ellsborg. Non, on ne se fera pas humilier par Arsenal après 13 secondes de jeu. J’ai peut-être tort, certes, mais j’en reste convaincu, c’est en nous. Au fil du temps, au fil des efforts, l’OL a finalement obtenu l’expérience nécessaire qui fait d’un club néo-européen un club leader. 7 Avril 2010, Bordeaux et Lyon étaient tous deux en quart de finale de Ligue des Champions. Aujourd’hui, ces deux équipes sont en Europa League, mais leur destin est different.

20h45. Fin du match. L’OL y sera. Encore. Toujours. L’OL y sera.
Peut-être pour la dernière fois avant un petit moment certes, mais on y sera. Notre dernière campagne européenne à Gerland ? Sans doute. En battant 1-0 le Bétis. MacManaman disait sur BT Sports hier qu’il redoutait les déplacements à Gerland avec le Real, parce que « they were (oui, l’éditeur s’est fait plaisir en mettant ce mot en gras) the reference of French football. Not an easy club to beat ». Selon certains, Casillas voit encore Wiltord le fusiller et Juninho le narguer. Selon certains. Encore quelques exploits serait le bienvenue pour nous faire vibrer une dernière fois, pourquoi pas contre Naples tiens… Les Russes et les Qataris, ça va et ça vient, mais l’esprit européen de Lyon reste. Une chose est sûre, l’OL et l’Europe, c’est une histoire d’amour. Loin d’être platonique.

1 thought on “OL : Europe Europe, mon amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.