mer. Sep 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Critique de la série « Club de Cuervos » de Netflix

3 min read

Dans une équipe de foot, on dit souvent, paraît-il, que ce qui se passe dans le vestiaire reste au vestiaire mais est-ce vraiment aussi simple que ça ?

La rédaction s’est posé ces questions (et même plus encore, si vous saviez…) sur le foot, un véritable moment de cohésion s’est produit entre les rédacteurs où l’amour régnait. C’est ainsi, dans le feu de l’action qu’un super rédacteur proposa de se rendre dans la salle Cinéma pour regarder la série sur le football : Club de Cuervos, qui selon les dires, réunit toutes les caricatures du football et plus encore.

Club de Cuervos est une série mexicaine que vous pouvez trouver sur Netflix (promis ce n’est pas un placement de produit) créée par Gary “Gaz” Alazraki. Gary a plusieurs casquettes dans cette série : directeur, réalisateur… Bref, le gars est au taquet. Il a effectué une partie de sa vie entre le Mexique et les Etats-Unis. Avant de se lancer dans de grands projets, il commença à travailler dans la publicité pour faire des courts-métrages. Alazraki est le premier à créer et diriger une série en espagnol sur Netflix et il n’hésite pas à les remercier lors de ses interviews de la confiance totale émise par le géant américain. Cette série a remporté un franc succès Outre-Atlantique, au point que Netflix a voulu le placer sur Netflix France.


A lire également : Bientôt du football sur Netflix


La série se passe au Mexique dans la ville de Nueva Toledo où vous pourrez vous rendre compte qu’il n’y a quasiment que le foot qui anime cette ville. Son président, Salvador Iglesias, meurt après avoir sermonné son fils qui a été photographié en boîte avec des joueurs dans des circonstances plus qu’accablantes pour la réputation du club et de la famille. La mort du président qui était aimé par toute la ville, va chambouler pas mal de choses, et la fille (Isabelle) et le fils (Chava) se disputent cette  place du club de première division mexicaine. Mais attention, il y a aussi la compagne enceinte de Salvador Iglesias qui entre en jeu. Ce que vous devez savoir c’est qu’avant de mourir, il dira à son fils « sois un capitaine » donc, Chava est alcoolisé et passe la fin de soirée avec sa sœur où ils se disent qu’ils seront présidents les deux mais le lendemain, il en sera autre chose. En effet, lors du match de Cuervos, Chava fait un discours galvanisé par le public et fait bien comprendre qu’il sera seul au pouvoir du club, ce qui rendra folle sa sœur. Chava veut que Cuervos soit le Real Madrid de l’Amérique Latine ce qui n’est pas vraiment au goût de sa sœur qui veut un peu plus respecter la tradition de son père. Les embrouilles entre les deux auront des répercutions dans le club, auprès des sponsors, avec des dirigeants de la ligue mexicaine et même entre les joueurs. Attention, la série ne tourne pas uniquement autour de ces deux-là car le réalisateur nous raconte aussi ce qu’il se passe à l’intérieur de l’équipe. Qu’est-ce que doit faire un joueur afin de pouvoir avoir la chance de joueur ? Qui est la star ? Le mélange est bien fait entre les magouilles, les agents qui rodent autour des joueurs, les femmes, l’arrivée d’une star dans un vestiaire.

 

Isabel et Chava
(source : netflix.com)

Avis de la rédaction

Le premier épisode n’est pas le meilleur pour s’attacher à la série même si c’est lui qui donne le ton de la série mais laissez-lui sa chance et vous verrez qu’elle vous le rendra bien. Il est tout à fait possible que certains n’aiment pas car parfois on tombe vraiment dans la caricature de base du footballeur, mais sincèrement on s’est bien marré avec toutes ces magouilles et Chava qui enchaine les bourdes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.