mar. Oct 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Trucs&Astuces pour Football Manager – Partie 2 : les finances

5 min read

Alors que Sports Interactive a annoncé pour le 2 novembre 2018 la sortie du très attendu Football Manager 2019, celui-ci sera le vingt-quatrième opus de la série. Depuis 1992 et le fameux Championship Manager, ce sont des dizaines de milliers de joueurs qui s’écharpent sur la meilleure tactique à adopter et qui partent à l’aventure aux quatre coins du monde pour dénicher les meilleures pépites. Avec Football Manager, on fait un choix : celui de repousser à plus tard cette incompressible envie de dormir et de mettre de côté sa vie sociale.

Même les clubs de football s’y sont mis, non pas pour s’amuser mais pour progresser. Car oui, l’immense base de données de FM et la précision de ses notations ont attisé la curiosité des analystes du monde du football. Quoi de plus normal quand on connaît l’incroyable travail des développeurs du jeu pour coller à la réalité. De réels scouts ont pour objectif d’observer des dizaines de matchs et de compiler des rapports sur des centaines de joueurs. De la simulation au réel. C’est la “data” que les clubs cherchent dans le jeu et cela dans plusieurs aspects : de la progression d’un joueur à ses caractéristiques principales jusqu’à son salaire. Dès lors, on comprend aisément que rien ne peut être laissé au hasard pour Miles Jacobson et sa bande. Football manager est désormais plus qu’un simple jeu vidéo.

Chaque opus va avec son lot de nouveautés, plus ou moins nombreuses, plus ou moins pertinentes. Mais nos habitudes restent assez semblables d’année en année. Chacun a ses petites astuces, ses méthodes pour tout rafler et un fonctionnement qui lui est propre. Il en ressort que ces “trucs et astuces” sont bien nombreux et parfois méconnus des uns et des autres. L’objectif de cette série d’articles sera de dresser une liste la plus complète possible de « trucs et astuces » sur FM. Afin qu’elle soit la plus exhaustive possible, n’hésitez pas à donnez vos tips dans les commentaires à la fin de l’article.

 

Sans plus attendre, voici les quatre axes de cette série d’articles

Comment rendre plus agréable visuellement sa partie, se faciliter la vie et être plus efficace dans tous les compartiments du jeu.

Relire la partie 1: Ergonomie et utilisation globale
Comment faire de son club une plus grande puissance financière ? Comment faire grandir sa petite entreprise ?

Tu es en train de lire la partie 2: Les finances
De l’achat à la vente de joueurs, les désidératas contractuelles des joueurs et des petites bricoles diverses pour être sur tous les fronts.

Lire la partie 3: Mercato
Des petits trucs ici et là, parfois mineurs mais bougrement utiles.

Lire la partie 4: Le bric à brac

 

Seconde partie : Finances

C’est une question que chaque joueur se pose : mais comment pourrait-on devenir plus riche ? C’est notamment le cas lorsque l’on joue avec des petites ou moyennes équipes, qui n’ont pas des revenus à la hauteur des cadors de Premier League ou des propriétaires à l’abri d’une tempête financière.

Il y a quelques petites manipulations possibles pour augmenter ses revenus (ou du moins limiter ses pertes). Si l’on croit qu’à part pour les transferts l’argent n’a pas une grande utilité dans Football Manager, ce n’est pas tout à fait vrai et c’est même presque totalement faux.

Par exemple, une équipe qui a un solde (trop) négatif, verra son pourcentage reversé au budget transfert lors d’une vente baisser. De même, une mauvaise situation financière entraîne quasi automatiquement le refus de toute demande aux dirigeants. Il faut toujours veiller à rester à peu près à flot.

En fait, dans FM, il faut être radin ou le devenir si vous ne l’êtes pas du tout dans la vie réelle. Négociez tout, tout, le moindre centime. Par paresse, ne tombez pas dans la facilité. Par-là, j’entends n’acceptez pas la première demande salariale lorsque vous renouvelez un membre du staff et que vous en avez 20 derrière à prolonger encore. FM est un jeu de patience et en découle de la maîtrise. A moins que vous soyez avec le Bayern, les deux géants espagnols, la Juve ou le top 6 d’Angleterre, un sous est un sous. Et encore.

Les amicaux de pré-saison

Organiser des tournées notamment en Asie (vous ne pourrez pas le faire si votre équipe n’est pas assez connue). Sans aller si loin, étendre son influence même dans un pays frontalier est rentable. Aussi, des compétitions amicales peuvent rapporter gros. Et bien sûr, affronter des grosses équipes à domicile. En revanche, il n’est pas nécessaire d’organiser dix amicaux contre des équipes largement supérieurs où vous risquez de prendre déroute sur déroute. Il faut trouver un équilibre entre l’argent et la cohésion d’équipe/la préparation tactique.

Jouer avec les différents leviers pour abaisser les demandes salariales

Augmenter la commission agent permet de réduire le salaire. Vous risquez cependant de payer plus cher en « frais » de transfert, à savoir la somme à payer maintenant pour l’achat du joueur.

Mettre des clauses importantes même si elles sont farfelues et onéreuses pour faire baisser le salaire : le fait de donner une prime pour gagner la Ligue des Champions, le championnat, la coupe etc. Même si vous n’allez jamais gagner ces trophées. La question n’est pas là.

Bien sûr, chaque négociation doit se faire avec parcimonie. Augmenter de X milliers d’euros la commission ou donner X milliers pour une victoire en coupe ne permet pas non plus de passer le salaire de 100 à 10.

C’est surtout utile quand le budget salarial est serré (et non négociable) et que vous êtes ric-rac pour boucler l’arrivée d’un joueur qui serait parfait pour votre équipe.

Tout le monde doit faire des efforts

Et oui. Même vous. Alors vous allez accepter de baisser votre salaire d’entraîneur.

En conséquence, la masse salariale va diminuer. A l’inverse, vous vous exposez à un licenciement plus simple puisque moins coûteux. Mais vu que vous êtes bon, vous ne risquez rien, si ?

Ne signer qu’un an de contrat pour chaque prolongation : à chacune d’elle, vous pourrez renégocier les budgets transfert/salaire (ainsi que faire des demandes aux dirigeants, elles sont parfois plus facilement acceptées).

Les primes collectives

C’est un choix qui vous revient entièrement. Vous pouvez très souvent baisser la prime pour la coupe nationale sans que cela pose des problèmes. En revanche, évitez de baisser celle pour le championnat, les joueurs réagissent mal. La différence n’est pas énorme quand on ne touche pas au championnat, mais c’est déjà ça de pris.

 

La prochaine fois, on se focalisera un peu plus sur les diverses astuces pour gérer son mercato sur Football Manager

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.