mar. Sep 17th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Trucs&Astuces pour Football Manager – Partie 3 : le mercato

8 min read

Alors que Sports Interactive a annoncé pour le 2 novembre 2018 la sortie du très attendu Football Manager 2019, celui-ci sera le vingt-quatrième opus de la série. Depuis 1992 et le fameux Championship Manager, ce sont des dizaines de milliers de joueurs qui s’écharpent sur la meilleure tactique à adopter et qui partent à l’aventure aux quatre coins du monde pour dénicher les meilleures pépites. Avec Football Manager, on fait un choix : celui de repousser à plus tard cette incompressible envie de dormir et de mettre de côté sa vie sociale.

Même les clubs de football s’y sont mis, non pas pour s’amuser mais pour progresser. Car oui, l’immense base de données de FM et la précision de ses notations ont attisé la curiosité des analystes du monde du football. Quoi de plus normal quand on connaît l’incroyable travail des développeurs du jeu pour coller à la réalité. De réels scouts ont pour objectif d’observer des dizaines de matchs et de compiler des rapports sur des centaines de joueurs. De la simulation au réel. C’est la “data” que les clubs cherchent dans le jeu et cela dans plusieurs aspects : de la progression d’un joueur à ses caractéristiques principales jusqu’à son salaire. Dès lors, on comprend aisément que rien ne peut être laissé au hasard pour Miles Jacobson et sa bande. Football manager est désormais plus qu’un simple jeu vidéo.

Chaque opus va avec son lot de nouveautés, plus ou moins nombreuses, plus ou moins pertinentes. Mais nos habitudes restent assez semblables d’année en année. Chacun a ses petites astuces, ses méthodes pour tout rafler et un fonctionnement qui lui est propre. Il en ressort que ces “trucs et astuces” sont bien nombreux et parfois méconnus des uns et des autres. L’objectif de cette série d’articles sera de dresser une liste la plus complète possible de « trucs et astuces » sur FM. Afin qu’elle soit la plus exhaustive possible, n’hésitez pas à donnez vos tips dans les commentaires à la fin de l’article.

 

Sans plus attendre, voici les quatre axes de cette série d’articles

Comment rendre plus agréable visuellement sa partie, se faciliter la vie et être plus efficace dans tous les compartiments du jeu.

Relire la partie 1: Ergonomie et utilisation globale
Comment faire de son club une plus grande puissance financière ? Comment faire grandir sa petite entreprise ?

Relire la partie 2: Finances
De l’achat à la vente de joueurs, les désidératas contractuelles des joueurs et des petites bricoles diverses pour être sur tous les fronts.

Tu es en train de lire la partie 3: Mercato
Lire la partie 4: Le bric à brac
Des petits trucs ici et là, parfois mineurs mais bougrement utiles.

 

Troisième partie : Mercato

En complément de notre précédente partie sur les revenus des clubs, il y a bien sûr le mercato, une étape primordiale (et souvent vue comme la plus amusante !). Mais une mauvaise appréhension de cet aspect peut-être fatale…

Nous l’avons vu, il y a une distinction à faire : l’argent dans FM n’est pas seulement utile pour acheter des joueurs, c’est pour cela que nous avons choisi de faire deux parties séparées.

Le prêt avec option d’achat obligatoire

Dans le cas d’un joueur invendable (où vous avez vraiment tout essayé), vous pouvez le proposer en prêt et inclure cette fameuse option d’achat obligatoire. Souvent, on peut gagner plus qu’en bradant le joueur à des montants complètement ridicules (ce qui ne marche d’ailleurs même pas tout le temps).
Les clubs sont moins difficiles en indemnités de transfert pour les prêts avec OAO (Option d’Achat Obligatoire) car ceux-ci impacteront le budget de la saison suivante. Pour une raison inconnue, le budget transfert de la saison N+1 est souvent surestimé par l’IA lors de la saison N, voila pourquoi il est plus simple se séparer d’un joueur grâce au prêt avec OAO.
Deux remarques cependant:
– Si le joueur est dans sa dernière année de contrat lors d’un prêt avec OAO, le transfert ne se fera pas à la fin du prêt.
– Si le joueur refuse le futur contrat proposé par le club intéressé, l’option d’achat ne sera plus obligatoire.

Un club de 2e division allemande qui claque 10M€ sur une seule mutation. La magie du prêt avec OAO !

Insérer des clauses lors d’une vente

Que ce soit des pourcentages sur le prix de la revente (ou son bénéfice), ou des primes pour une future compétition remportée, c’est un aspect essentiel lors d’une vente. Surtout à long terme et si vous n’êtes pas dans une grande écurie. On sait jamais, si vos cracks sont pillés par le Real, Manchester City ou autre… Un jour, vous recevrez une petite surprise.

Recruter des joueurs libres à partir du 29 décembre

Il n’est pas nécessaire d’attendre le 1er janvier pour faire une offre à un joueur en fin de contrat dans 6 mois. Dès la fin décembre c’est possible. Pas pour tous les joueurs (pour une raison encore ignorée) mais pour certains oui. C’est également valable dans « l’autre sens » : fin juin pour des contrats qui se terminent le 1er janvier (souvent le cas en Amérique du Nord et au Brésil).

Méfiance : les mensualités peuvent être dangereuses

L’accumulation de la dette peut venir des paiements étalés. Quand on peut payer comptant un montant raisonnable, c’est mieux, il ne faut pas en abuser. Forcément, avec 20 millions, vous allez pouvoir acheter 3 joueurs au lieu d’un, mais attention au revers de la médaille plus tard. On en revient alors aux conséquences d’un solde négatif…

Prolonger des joueurs mécontents

Quand un joueur ne veut pas prolonger, la plupart du temps, on peut faire jouer le directeur sportif. Si ce dernier est compétent, le succès est encore plus bluffant.

Souvent, il va avoir tendance à inclure des clauses un peu pour tout et rien et vous allez certainement devoir donner plus d’argent que vous ne le souhaitiez au joueur. Mais au moins, il prolonge et au pire, vous pourrez le vendre plus tard. Il ne partira pas libre, pour peanuts.

Envoyer ses recruteurs explorer le monde

Vous avez de nombreux recruteurs ? Profitez-en ! Au-delà de la simple demande de rapport sur tel ou tel joueur, il est possible de choisir les priorités et les affectations de vos scouts.

Plus vous « connaissez » le monde, plus les rapports seront précis et nombreux. Pratique quand on cherche les meilleurs regens…

Répartir les demandes aux recruteurs

Ne donnez pas 500 rapports à faire par le même recruteur… Vous risquez d’attendre très très longtemps et être donc bloqué dans votre recrutement ou votre prospection.

Il est important de diversifier les requêtes pour gagner du temps (de l’argent) et de l’efficacité. Plus vite on est au courant, plus vite on peut agir ou non.

Croiser les informations pour évaluer un joueur

Pour vous faire une opinion sur un joueur, il ne faut pas hésiter à utiliser toutes les informations à votre disposition. Ne vous fiez pas uniquement au rapport du recruteur et plus particulièrement aux étoiles. Concentrez-vous aussi sur la note globale qu’il donne au joueur (il fait généralement une synthèse de divers paramètres : fiabilité, potentiel, caractère, niveau etc). Mais aussi sur les notes du joueur (/20) et au radar

Aussi, il peut être intéressant de demander deux avis différents sur un même joueur : utiliser le meilleur recruteur pour confirmer un premier avis par exemple. Parfois ce n’est qu’un petit détail qui va changer, mais quand celui-ci concerne le mental du joueur ou sa capacité à être irrégulier, c’est plutôt important.

Ne pas renflouer le budget recherche en fin de saison

Ce budget est souvent remis à jour entre la fin de la saison et le début de la pré-saison, il est donc inutile de le remettre complètement à flot. S’il est complètement épuisé et que quelques rapports sont nécessaires, augmentez le au minimum en attendant que les dirigeants agissent.

Éviter de « prêter pour prêter »

Ne pas prêter un joueur si le statut que le club d’accueil souhaite lui confier ne vous convient pas : privilégiez les statuts « équipe première » ou « joueur clé », en dessous il y a des risques qu’il ne joue pas beaucoup et stagne. En un an, un joueur avec un gros potentiel qui ne joue pas, peut perdre beaucoup. Il y a calcul à faire entre les U23 et un prêt, surtout si vous avez la possibilité de le faire entrer en jeu quelques fois ou le faire jouer en coupe.

Anticiper les prolongations des jeunes joueurs

N’attendez jamais les derniers jours de décembre pour prolonger un jeune joueur prometteur s’il est en fin de contrat à la fin de l’année, c’est risqué : les négociations traînent souvent en longueur et même après l’accord du joueur il faut parfois plusieurs semaines pour qu’il signe officiellement.

La finalité peut s’avérer dramatique : laisser partir votre meilleur regen pour 0€ en fin de saison… Imaginez, si le Barça débarque, il risque d’y avoir des dégâts.

Proposer des contrats longue durée aux jeunes arrivants du centre de formation

En Europe, il est interdit de proposer un contrat longue durée à un mineur. Voila pourquoi on ne peut proposer que des contrats de 2 ou 3 ans aux regens à l’essai qui arrivent fraichement dans votre équipe U19. Pour contrer cette limitation, il est possible de proposer une clause de prolongation de contrat (pouvant aller jusqu’à 3 ans). Cette clause sera activable dès que le joueur fêtera ses 18ans. Grâce à cette clause vous aurez vos joueurs formés au club avec des salaires ridiculement faibles jusqu’à leur 21 ans.

En signant son premier contrat pro à 16 ans, ce jeune innocent ne savait pas qu’il allait être payé 325€ par mois jusqu’à ses 20 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.