dim. Août 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

TLM S’en Cadre : La « Mean Machine » de Vinnie Jones (Carton Rouge)

8 min read

Vinnie Jones est un enfant terrible du football anglais. Considéré comme un joueur agressif et connu pour son tempérament volcanique, celui qui a fait les beaux jours de Wimbledon est entré dans le milieu cinématographique à la fin des années 90.

TLM S’en Foot revient sur l’un de ses premiers films, Carton Rouge (« Mean Machine« ), métrage assez méconnu en France, mais qui vaut le détour.


Vinnie Jones avec le maillot du Wimbledon FC. Source : 3-sports.net
Vinnie Jones avec le maillot du Wimbledon FC. Source : 3-sports.net

Hard Man
Bestial serait peut être le terme le plus approprié pour qualifier Vinnie Jones. Tout au long de sa carrière, l’international Gallois fait couler beaucoup d’encre via ses dérapages plus ou moins contrôlés. Révélé du côté de Wimbledon à la fin des années 80 où il remporte une Coupe d’Angleterre, il fait partie du « Crazy Gang » du WFC, comptant plusieurs joueurs réputés pour leur sang chaud et goût de la provocation comme John Fashanu, Lawrie Sanchez, Dennis Wise et Nigel Winterburn. Ensuite, il traîne ses crampons à Leeds, Sheffield United et Chelsea. De retour à Wimbledon en 1992, il continue de régaler ses supporters et à mettre à rude épreuve les nerfs de ses adversaires. Il y reste pendant six saisons avant de terminer sa carrière au Queen’s Park Rangers.

Sur son tableau de chasse, Vinnie Jones peut se venter (ou pas) de plusieurs trophées. Les testicules de Paul Gascoigne qu’il attrape lors d’un match de FA Cup en 1988, la vidéo Soccer’s Hard Men, en 1992, où il promeut le jeu dur et agressif, ce qui lui vaudra une amende ainsi qu’une suspension de la part de la fédération. La même année, avec Chelsea, il reçoit un carton jaune après trois secondes de jeu seulement pour une faute sur Dane Whitehouse. Record toujours en place. Sans oublier des noms d’oiseaux et paroles déplacés qui deviendront la marque de fabrique de Jones.

Au total, il dispute un peu moins de 400 matchs de championnat pour trente-trois buts…et douze expulsions.

Tacles à la gorge sur le plateau

Vinnie Jones avec son maillot du film Carton Rouge.
Vinnie Jones avec son maillot du film Carton Rouge.

La personnalité de Jones va lui ouvrir les portes de l’industrie cinématographique. Le réalisateur Guy Ritchie tourne son premier long-métrage Arnaques, Crimes et Botaniques (« Lock, Stock and Two Smoking Barrels« ) qui sort en 1998 et offre au natif de Watford un second rôle, celui de Big Chris, un collecteur de dette. Deux ans plus tard, Richie et Jones se retrouvent avec Snatch : Tu braques ou tu raques (« Snatch« ) où l’ancien footballeur enfile le costume d’un mercenaire. Preuve que cette reconversion ne se fait pas en douceur, il est condamné, pendant le tournage, à des travaux d’intérêt général après une violente bagarre avec son voisin.

Après une apparition dans 60 secondes Chrono (« Gone in 60 Seconds« ) et une autre dans Opération Espadon (« Swordfish« ), Jones se voit offrir la tête d’affiche d’une modeste production britannique, Carton Rouge (« Mean Machine« ) de Barry Skolnick. Comme producteur délégué, on retrouve Guy Ritchie qui place ses deux protégés, à savoir Jones et Jason Statham, ancien plongeur de haut niveau, qui, lui aussi, a fait ses débuts dans le premier film de Ritchie.

Vinnie Jones interprète le personnage de Danny Meehan, une grande star du football, ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre, suspendue à vie après avoir truqué un match face à l’Allemagne. A la suite d’une bagarre avec deux policiers, il est condamné à trois ans de prison au pénitencier de haute sécurité de Longmarch. Maltraité par les gardes et considéré comme un paria par les autres prisonniers, Meehan éprouve quelques difficultés à s’habituer à son nouveau terrain de jeu. Toutefois, sur une proposition d’un taulard, il réussit à convaincre le directeur de la prison d’organiser un match amical entre l’équipe des gardiens et les détenus avec lui-même comme capitaine.

Ce film est tiré de Plein la gueule (« The Longuest Yard« ), réalisé par Robert Aldrich et sorti en 1974 avec Burt Reynolds. L’histoire est la même sauf que le football américain remplace le soccer en toile de fond. L’idée vient du producteur Matthew Vaughn, ayant également produit les premiers films de Ritchie. Le film reprend les mêmes personnages que l’original ainsi que le déroulement du scénario. Dans une interview, Jones explique qu’il voulait sortir de son image d’ex-footballeur mais que Barry Skolnick l’a convaincu de tourner pour lui. Ce dernier désire plus se focaliser sur les différents personnages que sur le match en lui-même. Lors de la promotion de Carton Rouge, Skolnick déclare que malgré la popularité du football, il n’a pas encore réussi à montrer son vrai visage dans les salles obscures. Quand à l’enfant chéri de Wimbledon, il reste sur une mauvaise image des derniers films footballistiques, ne les considérant pas comme réalistes. Il accepte de jouer mais désire que le film soit crédible.

Pour cela, le casting est organisé sur le gazon. Toujours selon Jones, les acteurs devaient passer un essai et impressionner balle au pied. S’ils ne parvenaient pas à montrer une certaine maîtrise de la balle, ils n’étaient pas retenus. Quand à son retour sur la pelouse, le milieu de terrain n’a pas eu de grande difficultés à (re)faire parler sa technique.

Cellule de crise

Danny Meehan (Vinnie Jones), Massif (Vas Blackwoods) et Doc (David Kelly) lors d'un entraînement de leur équipe. Source : cineplex.com
Danny Meehan (Vinnie Jones), Massif (Vas Blackwood) et Doc (David Kelly) lors d’un entraînement de leur équipe. Source : cineplex.com

Pour ceux qui s’attendent à voir un vrai match de football, vous vous êtes trompés d’adresse. Carton Rouge développe surtout la vie des condamnés au sein de l’édifice, la création de cette équipe de football et les obstacles qui se dressent sur le chemin de Meehan. La rencontre ne représente que les vingt dernières minutes du film mais elle est marquée par des techniques déloyales et des affrontements entres rivaux. Parler de rencontre sportive est un bien grand mot. Champ de bataille est un terme plus approprié.

Plusieurs personnages secondaires prennent place autour de Meehan comme Massif (Vas Blackwood), son adjoint, Doc (David Kelly), un vieux détenu, ou encore Trojan (Robbie Gee). Jason Statham campe le personnage du Moine, un prisonnier considéré comme très dangereux, psychologiquement instable, prenant la place de dernier rempart dans les cages. Une performance tout simplement jouissif où le futur-Transporteur s’amuse à enchaîner les coups bas.

Du côté des antagonistes, on peut citer le directeur de la prison (David Hemmings) et ses principaux gardes, Burton (Ralph Brown), également entraîneur de l’équipe des gardiens, ou encore Ratchett (Geoff Bell), l’un des surveillants les plus violents. Ainsi que des personnages plus ou moins douteux comme Charlie Sykes (John Forgeham), parrain de la prison, ou Nitro (Stephen Walters), un expert en explosif dérangé.

Carton Rouge bénéficie d’un budget estimé à 2,5 millions de livres, ce qui est assez peu, et sort le 26 décembre 2001 au Royaume-Uni sur plus de 300 écrans. Il parvient à récolter près de 4,3 millions de livres au box-office britannique en un mois. La Mean Machine traverse l’Atlantique où elle bénéficie d’une sortie limitée à quelques cinémas. Par contre, il faut attendre le 19 juin 2002 pour voir le Stade de Longmarch sur les écrans français, sans doute pour surfer sur la Coupe du monde en Asie qui vient de passer l’épreuve des huitièmes de finale. Le film sera également diffusé sur le réseau Kiosque de Canal Satellite, véritable ancêtre de la Vidéo-à-la-demande, qui a introduit le système de paiement à la séance pour la télévision avec son principal concurrent Multivision, du groupe TPS.

Peut être encore dégoûtés par la déroute des hommes de Roger Lemerre, éliminés dès le premier tour, les français boudent le film de Skolnick qui n’attire que de 17 801 personnes dont 6 765 dans la Capitale. Un chiffre à rattacher au faible nombre de copie distribués dans l’hexagone. Du côté des critiques, elles sont mitigés. Si Jean-François Rauger  du Monde vente « le suspense final » et la curiosité que peut susciter le long-métrage, Jacques Morice de Télérama pointe du doigt un « film brutal » ainsi qu’un « humour [qui] peine à se situer au-dessus de la ceinture« . Bernard Dolet, de L’Equipe, juge le remake bien meilleur que le film avec Burt Reynolds, à contrario de Philippe Piazzo qui, dans le journal Aden, préfère l’original, évoquant une « métaphore d’une société qui ne gagne que par sa violence et ses héros dégénérés » tandis que Carton Rouge est un « simple spectacle défouloir » ou encore « une bouillie d’image« .

Au final, Carton Rouge est un film assez divertissant qui nous offre quelques moments de comédie assez savoureux. Évoquant la rédemption ou encore la question de l’honneur, sans pour autant aller loin dans la réflexion, ce film nous entraîne dans une joyeuse bande qui cherchera son salut sur le terrain tout en n’hésitant pas à extérioriser sa rancœur.
Quatre ans après ce film, Plein la Gueule aura le droit à un nouveau remake, avec le retour du football américain comme thème central, Mi-Temps au Mitard (« The Longuest Yard »), réalisé par Peter Segal et avec Adam Sandler dans le rôle titre. Quant à Vinnie Jones, après plusieurs rôles secondaires comme son personnage hilarant de Mad Maynard, un hooligan de Manchester United, dans « Eurotrip » (2004), il parvient à se faire une place au sein de plusieurs grands films hollywoodiens dont « X-Men : L’Affrontement final » (« X-Men: The Last Stand ») en 2006. La même année, on le retrouve dans un autre film de ballon, « She’s the Man » où il joue un entraîneur d’une équipe de foot. Heureusement que ce n’est que de la fiction.

Si ce film vous intéresse, désactivez svp Adblock sur ce site pour afficher le lien vers le film.

2 thoughts on “TLM S’en Cadre : La « Mean Machine » de Vinnie Jones (Carton Rouge)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.