mer. Juin 19th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Monaco, si chère Principauté

5 min read

Encore fessée par le PSG lors de la dernière journée de Ligue 1, l’AS Monaco s’enfonce semaine après semaine dans la crise sportive. Avant-dernier du classement à égalité de points avec la lanterne rouge guingampaise, le club de la Principauté voit les nuages s’amonceler au-dessus de lui. Il a déjà utilisé le levier du changement d’entraineur en remerciant Leonardo Jardim, l’entraineur qui l’avait mené au titre de champion de France et en demi-finale de la Ligue des Champions en 2016-2017, pour le remplacer par Thierry Henry dont l’apport peine à se faire voir. Pourtant, il semblerait que les soucis sportifs du club du Rocher soient loin d’être la plus grande menace qui pèse sur Monaco tant les déboires judiciaires de son propriétaire Dimitri Rybolovlev paraissent constituer un risque plus grand.

Mis en examen la semaine dernière en Russie pour une sombre affaire l’opposant à son ancien marchand d’art – le propriétaire de l’AS Monaco après avoir fait fortune dans la potasse s’était lancé dans la spéculation artistique, achetant et revendant des tableaux – si bien que selon plusieurs sources son avenir à la tête du club pourrait être compté. Cette mise en examen vient s’ajouter aux révélations effectuées par Mediapart dans le cadre des Football Leaks et qui expliquent que l’AS Monaco a bien failli déposer le bilan il n’y a pas si longtemps en raison d’une fraude qui a failli être révélée.

 

Le grand basculement

 

Lorsqu’il rachète l’AS Monaco, Dimitri Rybolovlev fait l’acquisition d’un club bien mal en point et au bord de la banqueroute. Alors 18ème de Ligue 2, l’AS Monaco retrouvera rapidement les sommets de la Ligue 1 grâce aux investissements conséquents de son nouveau propriétaire. Au cours des deux premières années l’oligarque russe injecte effectivement près de 326 Millions d’€ dans le club de la Principauté avec le dessein à peine dissimulé d’obtenir la nationalité monégasque – nous y reviendrons. C’est ainsi que les Portugais Joao Moutinho et Ricardo Carvalho débarquent au club accompagnés des Colombiens Radamael Falcao et James Rodriguez. Cet investissement massif met l’AS Monaco dans le rouge du point de vue du FPF auquel il devient éligible en mai 2014 après sa deuxième place et sa qualification en Ligue des Champions.

C’est alors que la politique sportive et économique du club bascule, la vente de James pour près de 75 Millions d’€ au Real Madrid préfigure de la politique qui est désormais celle de l’AS Monaco : le trading de joueurs ou en d’autres termes l’achat de jeunes à fort potentiel pour pouvoir les revendre en faisant des plus-values. Ce basculement de politique est assurément ce qui a mené le club à sa situation sportive actuelle à la suite d’un recrutement raté. Même si l’oligarque russe décide de changer radicalement de politique, il doit tout de même trouver des recettes pour entrer dans les clous du FPF puisqu’après avoir dépensé autant depuis son arrivée, la seule vente de James ne suffit pas à combler le déficit, les recettes de sponsoring et de billetterie étant famélique. Aussi parvient-il à monter un schéma complexe et sophistiqué à l’image de ce qu’a pu faire Manchester City : via des holdings domiciliées dans des paradis fiscaux il est censé versé de l’argent à AIM, une société dirigée par Bernard de Roos. L’accord prévoit que ladite société finance via des fonds transmis par Rybolovlev le différentiel entre les revenus du club et son objectif (140 Millions d’€) et obtienne 350 000€ annuels pour la location de panneaux publicitaires à Louis-II, l’enceinte monégasque. Il s’agit évidemment d’une fraude manifeste.

 

Pas de passeport, pas d’ASM ?

 

L’accord qui semble parfait sur le papier va pourtant finir par capoter quelques mois après sa signature. Alors que l’AS Monaco est à quelques jours de signer un accord avec l’UEFA grâce à un lobbying intense et l’aide d’Andrea Traverso, alors responsable du Fair-Play Financier, AIM exige la renégociation du contrat qui le lie à l’AS Monaco. Officiellement l’entreprise reproche à l’AS Monaco d’avoir vendu ses meilleurs éléments et donc d’avoir réduit la marque ASM, ce qui complique la réalisation de ses objectifs financiers. Derrière cet argumentaire de façade se niche en réalité un différend opposant Rybolovlev et le prince Albert de Monaco.

 

Alors que dans l’accord officieux entre AIM et l’ASM, l’oligarque russe est censé verser les 140 Millions d’€ à une holding de l’entreprise suisse, celui-ci n’a rien fait. La raison de ce non versement est à chercher dans les relations devenues très tendues entre lui-même et le prince Albert. Comme expliqué plus haut, l’une des raisons de l’investissement de Rybolovlev à Monaco était l’obtention potentielle d’un passeport monégasque afin d’assurer ses arrières. Ne voyant pas venir le précieux sésame et voyant la tension augmenter avec le prince monégasque, le propriétaire de l’AS Monaco décide, en représailles, de ne plus verser un sou pour le club. L’AS Monaco est alors aux abois du fait du retrait d’AIM et Rybolovlev ne semble pas enclin à bouger le moindre petit doigt pour arranger la situation, ce qui la rend très précaire pour le club du Rocher qui est alors très proche de déposer le bilan. A deux pas de l’abîme, il arrête de verser ce que le contrat prévoyait à AIM, limoge le directeur marketing issu de ses rangs et attaque l’entreprise devant une cour d’arbitrage. Celle-ci menace alors de révéler toute la combine et donc de faire échouer l’accord avec l’UEFA que l’AS Monaco a réussi à arracher de haute lutte avec l’aide d’Andrea Traverso. Le 4 mai 2015 l’accord est pourtant signé et la menace de la « bombe à neutrons » selon l’expression de Bernard de Roos est écartée. Le 15 juillet suivant, l’AS Monaco abandonne sa plainte contre AIM et verse les 500 000€ réclamés par l’entreprise. Moralité de l’histoire, rarement un passeport aura failli coûter si cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.