mer. Juin 26th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Des mesures contre les supporters violents?

4 min read

L’Etat, représenté par son Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, son Ministre de la Ville de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner et son Secretaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard, ont rencontré, le 25 septembre, les présidents de la FFF, Noël Le Graët, et de la LFP, Frederic Thiriez. Ensemble, ils ont travaillé intensivement pour pondre un superbe communiqué afin d’expliquer les prochaines mesures qui seront appliqués, pour dixit « renforcer la prévention et la lutte contre la violence dans les stades et à leurs abords », un vaste programme.

Picture3

Si ces mesures ne ramenaient pas sur le tapis certaines atteintes à la liberté individuelle, celles-ci auraient pu être définies comme une grande blague. Tout simplement parce que la moitié des points cités sont déjà appliqués depuis un bon moment (ce qui n’a pourtant pas évité ou diminué la violence). Tandis que l’autre moitié est partiellement abordée et en attente de plus amples discussions entre l’Etat et les Fédérations. Décryptage :

  • « Recours accru aux mesures d’interdiction de stade, et si besoin d’interdiction de déplacement des supporters. » Ah oui, comme si ce n’était pas déjà le cas ! Pour l’interdiction de stade, pas besoin de donner d’exemple, si ? Certains anciens supporters Parisiens ! Et pour les interdictions de déplacement ? Demandez alors aux Bastiais, Stéphanois, Marseillais, Niçois, Lensois, etc. (liste non exhaustive) si dernièrement ça n’a pas été le cas.
  •  « Le fichier de prévention et des atteintes à la sécurité publique (PASP) sera mobilisé pour alimenter les procédures administratives d’interdiction de stade en permettant d’établir le comportement d’ensemble. » En gros, depuis 5 ans déjà, avec le PASP, vous pouvez être fiché si vous collez à ce critère : « Risque de porter atteinte à la sécurité publique. » Je vous laisse imaginer l’étendue du domaine d’application de cette définition. De fait, à peu près toutes les personnes allant au stade, en particulier les sympathisants aux Kops peuvent être définis comme tel. Maintenant, les fiches renseignées peuvent être utilisées pour motiver une interdiction de stade sur la base du « comportement d’ensemble »… On ne peut être moins clair et donc il devient possible de ficher quelqu’un de manière subjective !
  •  « Une réflexion sera engagée sur la question de la répartition des coûts du service d’ordre entre le club visiteur et le club hôte… ». Un communiqué pour nous dire qu’ils vont se poser la question afin d’aborder le sujet… Ultérieurement. Attention au risque de désavantager les clubs dont les supporters sont considérés à risque.

Picture1

En marge de ce communiqué, l’article de l’AFP (relayé ensuite par Le Point, France TV Sport etc.) m’a également quelque peu perturbé. Outre le fait que le journaliste ait utilisé le mot « Supporteurs » avec un U (pathétique), ce mot a été utilisé pour citer les personnes qui justement ne le sont pas vraiment (la cible étant les vrais footeurs de merde). Encore une jolie fable qui s’écrit. Les 44 gendarmes blessés après Bastia-Marseille, à nouveau repris dans l’article me dérange. Pourquoi ? Parce que ce chiffre a été remis en question plusieurs fois et qu’il continue à circuler pour véhiculer l’image infamante des méchants hooligans Corses contre la police. Manipulation quand tu nous tiens ! Je le répète, aucune ITT sur les 8 (et non 44) gendarmes hospitalisés (pour acouphène majoritairement) n’a été prononcée. Le communiqué très offensant du même ministre de l’intérieur – interdisant le déplacement lensois en corse pour la raison que « les supporters de Bastia font systématiquement preuve d’un comportement violent » – avant de se raviser quelques heures plus tard et de modifier ses dires, avait continué à jeter de l’huile sur le feu. Maintenant, les médias reprennent ce rôle de propagande haineuse.

Bref, vous l’aurez compris, on continue à se « footre » de notre tronche joyeusement. Encore une fois, les principaux intéressés (à savoir nous, supporters qui finançons le foot) sont exclus de ces bavardages entre amis. L’appui du 4ème pouvoir que sont les médias, dans le débat fait mouche et continue d’instaurer un climat d’insécurité volontaire. Une insécurité imaginaire – à l’image de Brigade Loire accueilli par les Dogues Virage Est dans leur Kop pour créer un contre-parcage – qui permet de faire passer de beaux décrets, limitant nos déplacements, touchant notre liberté individuelle mais qui a pour but de nous aider à mieux vivre ensemble. La raison principale est d’augmenter les dépenses et la consommation à outrance par le client dans les stades et à leurs abords et non pour « renforcer la prévention et la lutte contre la violence dans les stades et à leurs abords ».

Dans moins de deux ans, l’Euro se déroulera ici, en France. Face aux petits décrets écrits à la hâte, il y aura des Russes, des Polonais, des Turcs, des Allemands… Vous pensez sincèrement que les décisions prises aujourd’hui permettront réellement de diminuer drastiquement les violences ?

Pour finir, je citerai une dernière fois ce communiqué. Je vous propose de méditer là-dessus en pensant fortement à Luzenac :

« Le Gouvernement et les instances du football français tiennent ainsi à rappeler leur entière détermination, dans un esprit de responsabilité collective, à lutter contre les comportements qui […] entachent les valeurs portées par le sport. »

Et vive le sport – quand il rapporte de la thune – !

19 thoughts on “Des mesures contre les supporters violents?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.