dim. Oct 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Droit et Football : je t’aime moi non plus.

3 min read

L’arrêt Bosman du nom du joueur inconnu le plus connu de tous les temps marque l’entrée du football dans un monde «hyper-professionnalisant» et de fait il ne peut pas échapper à l’intervention de l’acteur juridique que ce soit dans sa pratique ou encore dans son fonctionnement.

En effet l’arrêt entre purement et simplement dans le cadre du droit du travail mais à des répercussions qui vont bien au delà du pur aspect juridique et redéfinit totalement la façon de penser, de gérer même, un club de football. Fini le casse tête lors des recrutements, ce qui compte ce n’est plus la nationalité mais combien doit-on mettre pour attirer tel ou tel joueur dans son club.

On entre par là même dans du droit de l’entreprise où le propriétaire d’un club n’est plus dans la gestion d’un effectif national mais dans la gestion financière pour générer le plus de profit possible.

L’arrêt Bosman est donc le fer de lance de l’entrée du droit dans le monde du football ou inversement mais seulement d’un point de vue des dirigeants ou autre propriétaire de club. Ce qui change pour le joueur ce n’est «seulement» que l’aspect salarial. Autant dire peu de choses.

L’intervention du droit du travail et du droit de l’entreprise dans le foot s’inscrit des les aspects positifs qui ont été apportés par le droit au plus beau sport du monde.

Malheureusement le droit pénal à fait aussi son trou et cela touche autant les joueurs que les dirigeants.

Si je vous dis Roland Courbis ou Souleymane Diawara les vrais répondront OM mais les autres répondront prison. Et ces derniers n’auront pas entièrement tort. En effet de plus en plus de joueurs, entraîneurs, dirigeants sont mouillés dans des affaires pas toujours très nettes qui ternissent l’image du football.

La récente «affaire de la sextape» de Valbuena a réveillé les haineux du football qui, pour la plus grande majorité, n’y connaissent strictement rien.

Marre d’entendre des «ils sont trop payés» ou «ce ne sont que des racailles». Quand on voit que tous les quotidiens nationaux, du plus important au plus insignifiant, du sportif à l’informatif sérieux, on se dit que les à côtés du sport prennent le dessus sur ce qu’il se passe sur le terrain. Je ne jette pas la pierre aux journalistes sur le fait de révéler les affaires mais il ne faut pas oublier qu’avant d’être des sportifs, les Benzema, Ribéry et consorts sont avant tout des gens comme tout le monde.

Chantage-a-la-sex-tape-contre-Mathieu-Valbuena-Karim-Benzema-nie-toute-implication_portrait_w674

Et ça, messieurs dames, il n’y a bien que le droit pour s’en rappeler. Le juge va interroger Mr Benzema et non pas l’attaquant de l’équipe de France et du Real Madrid bien trop payés pour seulement taper dans un ballon. N’oublions pas également que la présomption d’innocence existe aussi pour les footballeurs.

PS : Mr Benzema ! Vous avez été blanchi dans «l’affaire Zahia», vous le serez peut être pour « l’affaire de la sextape » mais cela commence à faire beaucoup. Un conseil : passez quelques vacances aux Etats-Unis à tenter de reconquérir Rihanna et revenez-nous reboostez pour l’Euro.
A ce moment là, les mêmes qui disaient « trop payés » passeront au « meilleur attaquant du monde »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.