jeu. Août 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Ernst Happel, le libéro autrichien

5 min read

Briller en tant que joueur, et en tant qu’entraîneur, peu l’on réalisé. Ils sont entrés dans l’élite, dans la légende du football. L’un des premiers à avoir montré ses capacités, sur, et en dehors du terrain, c’est Ernst Happel. Il fait partie de la classe des grands joueurs autrichiens. Son nom doit vous évoquer quelque chose puisque le plus grand stade de Vienne porte désormais son nom (anciennement Prater Stadion).

Après la fin de carrière et le décès soudain de Matthias Sindelar, l’équipe d’Autriche est inexistante. Logique, à vrai dire, puisque l’Autriche est maintenant sous domination allemande à la suite de l’Anschluss en 1938. La guerre est là, elle aussi, et les meilleurs clubs autrichiens (Admira Vienne, First Vienna et Rapid Vienne) se retrouvent donc dans le championnat allemand. Les plus grands exploits sont réalisés par le Rapid. Vainqueur de la Tschammer-Pokal – ancêtre de l’actuel DFB-Pokal – le Rapid atteint la consécration en remportant le championnat d’Allemagne durant l’année 1941. Ce jour-là, le club ouvrier de la capitale autrichienne affronte Schalke 04, équipe qui domine l’Allemagne à cette époque. La finale se joue à Berlin dans le stade olympique, en présence d’Adolf Hitler. Le club de Gelsenkirchen mènera jusqu’à 3 buts à 0 avant de s’effondrer en fin de match. Le Rapid gagne 4-3 avec quatre buts en 15 minutes. Franz Binder marquera le premier. Il sera le partenaire de défense d’Ernst Happel pendant une partie de sa carrière.

La guerre n’arrange rien

A cette époque-là, Ernst Happel évolue dans les équipes de jeunes du Rapid Vienne et n’a pas encore eu la chance de disputer le moindre match en équipe A. Ses premiers matchs professionnels arrivent en 1943. Il joue une poignée de rencontres, avant d’être appelé pour rejoindre les rangs de l’armée. Jusqu’à la fin de la guerre, on ne voit plus Ernst Happel sur un terrain de football. Il faut attendre 1946. L’Autriche n’est plus sous l’emprise du IIIe Reich, et retrouve un championnat et une Coupe – même si cette dernière est réservée aux clubs de la capitale. Ernst Happel est indéboulonnable à son poste de défenseur central, le Rapid fait le doublé coupe-championnat. C’est la seule Coupe d’Autriche que gagne Happel, pas le dernier championnat. Grâce à ses grandes performances dans un des clubs majeurs de ce nouveau championnat autrichien, Ernst Happel obtient sa première sélection lors d’un match amical face à la Hongrie. C’est en 1947 et il a seulement 21 ans.

Pour les 50 ans du club, un voyage de perfectionnement en Amérique du Sud est organisé. Les autrichiens veulent s’inspirer de la tactique brésilienne, dominante à cette époque. Les Verts et Blancs affrontent des équipes comme Vasco de Gama ou Flamengo. Ils vont tout d’abord raccourcir leurs shorts pour avoir des déplacements plus fluides. Pour le défenseur central autrichien, son repositionnement va changer le jeu du Rapid. Happel recule sur le terrain. Il est positionné derrière son acolyte Max Merkel dans un poste que l’on appelera « libéro ». Autrement dit, il est en couverture, dans une position entre la défense et le gardien. Le défenseur du club d’Hütteldorf – quartier à l’ouest de Vienne – est maintenant ce qui se fait de mieux en tant que libéro. Avec lui, le Rapid va bien. Cinq sacres en championnat entre 1946 et 1954 et une Coupe Zentropa (ex- Coupe Mitropa) en 1951, grâce à un penalty d’Happel en finale contre le Wacker Wien.

La confiance n’est plus là

Paradoxalement, Ernst Happel quitte la sélection avec les médias sur le dos et… une troisième place au Mondial 1954. Un parcours riche en émotions avec deux victoires faciles contre l’Ecosse et la Tchécoslovaquie pour commencer. Ensuite, les autrichiens parleront de « miracle de Lausanne ». 26 juin 1954, Stade de la Pontaise. Il y a 35 000 spectateurs dans le stade. La chaleur est étouffante, l’Autriche perd 3-0 après seulement 17 minutes de jeu. Les organismes faiblissent de minute en minute. Le miracle est ce score final, 7-5 pour les autrichiens. Ce match reste le plus prolifique de l’histoire de la Coupe du Monde. Exténués, Happel et ses coéquipiers prennent un cinglant 6-1 par la RFA. Auparavant porter aux nues, le défenseur du Rapid est tenu responsable de la débâcle contre les ouest-allemands. Malgré un match pour la 3e place remporté 3-1 face à l’Uruguay, Happel a été jugé trop faible, trop joueur lors de ce Mondial. Il reviendra finalement quelques années plus tard pour ces dernières sélections et sa fin de carrière.

Les suisses ont écrasé le début de match, et pourtant… Crédits : swissinfo.ch

Entre temps, il a eu l’autorisation de partir à l’étranger. Vienne lui plaît, Paris lui plaira tout autant. Car c’est bien au RC Paris que le défenseur autrichien effectuera deux saisons, avant son retour au pays. Il va jouer environ 40 matchs mais le club de la capitale ne montera jamais sur le podium de l’ancêtre de la Ligue 1. Saint-Etienne puis Nice seront champions à la fin des saisons 1956 et 1957. Bien entendu, Ernst Happel va revenir dans son club de toujours, le Rapid. Son entraîneur, il le connaît bien puisqu’il s’agit de Max Merkel, son fidèle coéquipier de la défense. Fin de saison 1959, l’heure de la retraite sonne après plus de 300 matchs de championnat joués dans sa carrière. Son club le placera dans son XI du siècle. Le journal autrichien Kronen-Zeitung le fera figurer dans l’équipe autrichienne du siècle. Pourtant, c’est bien en tant qu’entraîneur qu’il va laisser sa plus grosse empreinte.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.