sam. Nov 16th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

On était à RCS Charleroi – RSC Anderlecht

3 min read

Après  Liège, on prend la route en direction de Charleroi en prenant le soin de s’arrêter à Bruxelles pour visiter. Charleroi est une ville industrielle qui en 2009 a été élu « ville la plus moche du Monde » par un magazine néerlandais. Donc il vaut mieux rester sur Bruxelles qui n’est qu’à 60km avant de se rendre au match.

Cela dit, une fois arrivée sur Charleroi les puristes sauront apprécier l’atmosphère qui s’en dégage. Le stade en plein milieu de quartiers résidentiels et de maisons en brique, de rues étroites inondées par les supporters et qui cachent jusqu’au dernier moment le stade, quelques devantures commerçantes salis ou en partie cassées. On s’imagine un peu en Angleterre, comme dans le quartier d’ Anfield. Bon en revanche de l’extérieur il n’y a rien à observer du stade et en plus je n’ai trouvé qu’un stand pour consommer sans avoir à aller échanger des euros contre des jetons.

On peut directement rentrer dans le stade pour ce RCS Charleroi – RSC Anderlecht. A noter qu’un supporter d’Anderlecht s’est vu refuser l’entrée avec son maillot d’Anderlecht dans la tribune latérale. La rivalité entre les deux équipes n’est à l’origine sans doute pas grande mais j’imagine que la popularité d’Anderlecht et la rivalité Bruxelles vs « ville de campagne » pimentent un peu ces matchs. D’ailleurs, un hélicoptère surveille les alentours.

Le stade du Pays de Charleroi a été ouvert en 1939 et fait encore moins moderne que celui du stade de Liège. Mais avec seulement 15 000 places toutes occupées on est vraiment dans un bon contexte pour apprécier nos deux prochaines heures. On est dans la seule tribune sans poteaux pour soutenir le toit donc la vue reste très bonne pour seulement 22€.

A notre gauche, le virage des Storm Ultras et à notre droite toute une tribune est également réservée aux fans d’Anderlecht. Les deux camps sont en nombre équitable, On va pouvoir les entendre se répondre tour à tour. A l’entrée des joueurs le virage des ultras de Charleroi nous fait une petite animation pyrotechnique d’un bel effet et peu commune avec un jeu de lumières sous des bâches transparentes.

Pendant tout le match les virages vont se répondre, se chambrer et s’insulter. Le spectacle auditif est là, les toits très bas aident en plus à la résonance de tous ces chants. Après l’ouverture du score de Charleroi, les fans hôte chanteront à raison que « quand vous ne marquez pas, vous ne chantez pas« . Les Bruxellois se reprendront un peu plus tard sur le terrain et en tribune. L’égalisation se fait sur pénalty suite à une sortie inutile d’un des frères Mandanda. Le buteur peut lui apprécier la réception de quelques gobelets en plastique pendant sa célébration face au virage carolo. Hasard ou non, le lendemain Rémy Riou signera au club…

Malgré une prestation un peu faible du capitaine Trebel que j’attendais particulièrement en tant que Nantais, Anderlecht prend donc le lead en seconde mi-temps. Et pourtant, l’un des joueurs offensifs de Charleroi a raté un immanquable devant le but qui aurait changé le destin de cette rencontre. Pour autant, les Storm Ultras ne se démotivent pas et continuent de chanter aussi fièrement. Cela n’évite pas la défaite.

On peut sembler être dans un autre temps mais cette expérience fut étrangement aussi bonne que celle du Standard. En réalité, c’était même mieux mais le contexte du match a favorisé cela. On peut vraiment trouver son petit plaisir là ou on ne l’attend pas, dans n’importe quel championnat et stade. Après, je ne conseillerai d’y aller qu’en y faisant autre chose. En voiture on est proche de beaucoup d’autres clubs belges dont Anderlecht.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.