dim. Août 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Ultras et modern football, le règne de l’ambivalence

5 min read

« Against modern football », rares sont les virages, les kops ou toute tribune comportant des Ultras à ne pas avoir d’une manière ou d’une autre affiché cette phrase qui semble aujourd’hui être devenue un cri de ralliement du monde ultra. Que ce soit par l’intermédiaire de banderoles, d’étendards, de drapeaux télescopiques ou de chant scandé, l’hostilité à l’égard du football moderne est une constante dans les stades de France et d’Europe. L’on pourrait n’y voir qu’un slogan, qu’une manière d’affirmer son identité de la part du mouvement ultra. Je crois pourtant que cette phrase, que ces trois petits mots en disent très long.

Que veulent-ils dire sinon le refus forcené et digne des groupes ultra à entrer dans cette ère moderne du football où l’argent semble être devenu l’alpha et l’oméga ? Parce que, la réalité de ce slogan n’est pas à chercher dans un élan conservateur ou réactionnaire de la part des Ultras mais bien plus le révélateur d’une profonde remise en cause d’un football qu’ils ont aimé, choyé et au sein duquel ils occupaient une place centrale. Pourtant, derrière le cri de détresse que semble être ce « Against modern football » se niche une réalité bien plus complexe au sein de laquelle les rapports entre les Ultras et ce football moderne qu’ils honnissent sont marqués du sceau de l’ambivalence.

 

Ultras, le syndrome Meursault

 

Malgré les poncifs récurrents et teintés de mépris de classe venant de toute une frange de la société, je ne crois pas que la philosophie et le sport en général, le football en particulier soient antinomiques. Bien au contraire. A cet égard, Albert Camus fait sans doute office de figure tutélaire des rapports ténus et imbriqués entre football et philosophie. Le philosophe franco-algérien a effectivement longuement pratiqué le football et l’on retrouve cet amour pour ce sport au fil de son œuvre, le climax étant assurément atteint dans La Chute, livre dans lequel le héros de Camus explique qu’il ne demeure totalement innocent que dans un stade de foot et un théâtre. C’est pourtant un autre roman de l’écrivain qui permet, à mon sens, d’éclairer d’un regard neuf le rapport des Ultras à l’égard du modern football.

Alors tout jeune, Camus publie L’Etranger, livre qui marquera par son incipit froid et déroutant (« Aujourd’hui maman est morte ») et qui en fait une œuvre majeure. Le héros du roman, Meursault, est, comme l’indique le titre de l’œuvre, étranger à la société dans laquelle il vit. Ne se reconnaissant plus dans les valeurs portées par ladite société, il fait l’expérience de l’absurde camusien qui se révèle être un divorce entre deux éléments. Il ne me parait pas exagéré de voir dans le rejet franc et massif du football moderne par les Ultras une réminiscence de l’expérience de Meursault. Jetés dans un football et une société où le capitalisme néolibéral triomphant semble chaque jour un peu plus se moquer d’eux et de leurs valeurs, totalement étrangers à cette marche du monde, les Ultras font acte de résistance et de bravade avec ce « Against modern football ». Dans l’œuvre de Camus, Meursault (dont le nom a été pensé pour sa proximité sonore avec la phrase « meurt seul ») finit par tuer une personne et attendre son exécution avec sérénité pour quitter cette société en laquelle il ne se reconnait pas.

 

De l’interdépendance

 

De là à prédire au mouvement ultra une fin similaire il n’y a qu’un pas, que je me garderai bien de franchir. S’il existe effectivement des ressemblances entre le personnage de Meursault et la situation actuelle du mouvement ultra, je crois pourtant que l’identité entre les deux n’est pas parfaite. Alors que Meursault se sent comme totalement et profondément étranger à la société dans laquelle il évolue, l’on ne peut pas en dire autant des Ultras. Alors évidemment, les tenants d’un football populaire aux tarifs abordables et où l’argent ne corrompt pas tout ne peuvent pas être totalement en phase avec ce modern football devenu une vitrine du capitalisme financiarisé où seul le profit compte.

Pour autant, sont-ils totalement étrangers à ce football-là ? Il serait présomptueux de l’affirmer. Je suis bien plus enclin à voir dans les rapports qui relient Ultras et football moderne une forme de relation de codépendance. Certes, les Ultras honnissent le modern football et ne se privent pas pour l’affirmer haut et fort mais leur passion pour ce sport, pour leur club, pour leur groupe prend la plupart du temps le dessus, si bien que les parties de tribunes où ils se réunissent demeurent bien garnies. Dans l’autre sens, ce football moderne qui exècre en retour les Ultras, les voyant comme un vulgaire anachronisme qu’il s’agirait prestement de dégager, un peu comme on arrache une vilaine verrue, se rend rapidement compte qu’il a besoin de ces supporters – l’exemple du PSG étant à ce titre éloquent. Il y a bien évidemment une aseptisation des stades de football, l’on fait la guerre aux Ultras pour les empêcher de se déplacer, on les punit pour avoir craqué des fumigènes mais, dans le fond, les diffuseurs et les instances se servent de la ferveur dégagée dans les tribunes pour vendre leur produit (puisqu’il s’agit bien de cela). En somme, c’est à une ambivalence absolue que nous assistons. Dès lors que celle-ci est présente, il semblerait que la véritable question à poser est de savoir laquelle des deux dynamiques phagocytera l’autre en premier. Soyons lucides, à l’heure actuelle le rapport de force est assurément du côté du modern football. Pour autant, des poches de résistances existent encore et encore, les Ultras démontrant week-end après week-end qu’un autre football est possible. Dans Le Mythe de Sisyphe, Camus conclut en expliquant que la lutte vers les sommets suffit à combler le cœur d’un Homme et qu’il faut donc imaginer Sisyphe heureux malgré le châtiment que lui imposent les Dieux. Tâchons donc de ne pas terminer comme Meursault et d’imaginer Sisyphe heureux.

 

Crédits Photo: 9gag.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.