mer. Nov 13th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Une 7e Journée en Premier League

8 min read

_

Profitant du nul d’Arsenal sur la pelouse de West Bromwich, Liverpool recolle à la tête du classement à égalité avec les Gunners. Sinon, un gamin sauve MU, City repart de l’avant et plus aucune équipe n’est invaincue. Récapitulatif du weekend du meilleur championnat au monde.

_

Le match de la journée: Manchester City – Everton

Pas d’affiche clinquante pour cette 7e journée, tout juste ce Manchester City – Everton intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord parce que les citizens doivent enclencher la seconde pour ne pas perdre trop de terrain et se faire pardonner l’humiliation subie en cours de semaine contre le Bayern en Champion’s League. Puis, car l’adversaire du jour reste la seule équipe invaincue de cette Premier League et arrive sur la pelouse de l’Etihad avec l’intention de réaliser un coup.
Chose réalisée pendant 120 secondes seulement. A l’orée du second quart d’heure, Lukaku se joue de la défense centrale mancunienne avec sa spéciale tout en vitesse et en puissance. L’ouverture du score vient récompenser le travail de pressing de toute l’équipe de Robert Martinez jusque là… mais vient aussi tuer le match.
Dos au mur, City n’a pas le temps de gamberger et remet les pendules à l’heure immédiatement sur un but de Negredo servi parfaitement par Yaya Touré. De quoi donner confiance à l’équipe qui va dominer tout le reste du match. Jeu au sol, à une touche, combinaison entre Yaya, Silva, Agüero, le jeu des hommes de Pellegrini prend forme et est séduisant. Sans la maladresse d’Agüero, le second but citizen aurait pu intervenir plus tôt mais l’ancien attaquant de l’Atletico Madrid a le mérite de rester dans son match pour enfin inscrire le but libérateur juste avant la pause, d’un joli tir croisé.
La seconde période sera une formalité et City en profitera pour en inscrire un troisième sur pénalty par l’intermédiaire d’Agüero encore lui, ou plutôt du crâne du malheureux Howard qui repoussera la tentative sur son poteau avant de retaper le ballon une seconde fois bien involontairement pour finir sa course au fond des filets.
Sérieux, appliqués et joueurs, les mancuniens ont envoyé un message fort à leurs concurrents, à commencer par Everton, qui tombe donc pour la première fois de la saison et voit le second club de Manchester leur passer devant au classement.
3-1: Negredo (18′), Agüero (45′), Howard (65′ csc) – Lukaku (16′)

_

_

Le top of the pop

Arsenal se déplaçait dans la peau du leader sur la pelouse de WBA pour ce qui avait tout du guet-apen parfait. En pleine bourre actuellement, les Gunners sont désormais attendus et l’équipe à battre. En mission, les joueurs de West Bromwich – qui comptait quelques anciens pensionnaires de notre L1 avec Mulumbu, Sessegnon, Amalfitano et Anelka – ont joué pleinement leur rôle de poil à gratter qui n’offrira aucun point facile aux gros poissons qui feront le déplacement. Ce sont les hôtes qui ouvriront d’ailleurs le score grâce au pittbul argentin Yacob sur une passe dé de Momo Amalfitano, visiblement bien installé dans sa nouvelle équipe. Arsenal aura su se montrer patient pour trouver la faille en seconde période sur un bien beau but de Jack Wilshere mais ne trouvera jamais la solution pour en inscrire un second (1-1).
Avec ce nul, les londoniens voient revenir à leur hauteur Liverpool qui s’est très facilement défait d’une équipe de Crystal Palace à la défense plus que passive. Il a fallu une mi-temps aux scousers pour plier le match sur des buts de Suarez (encore excellent), Sturridge et du capitaine Gerrard sur un pénalty généreux. Comme d’habitude, les hommes de Rodgers vont déjouer après la pause, ce qui permettra à CP de sauver l’honneur dans le dernier quart d’heure (3-1).

Derrière, à deux points, on retrouve Chelsea et Southampton, tout deux vainqueurs ce weekend. Si les Saints ont fait le travail pour venir à bout de Swansea (2-0, but de Lallana et Rodriguez), ce ne fut pas le cas des Blues qui ont du attendre les cinq dernières minutes pour l’emporter à Norwich, sur un coaching gagnant du Mou puisque ce sont les remplaçant Willian et Hazard qui ont marqué coup sur coup les deuxième et troisième buts de l’équipe (3-1).
Manchester City suit la marche (voir plus haut), Tottenham la rate. Alors qu’elle avait l’occasion d’être co-leader, l’équipe de Villas-Boas s’est fait marcher dessus dans le derby londonien contre West Ham (0-3), le tout à domicile. Les Hammers ont su faire le dos rond avant de placer le coup fatal après l’heure de jeu. Les Spursne s’en remettront jamais et encaisseront deux autres buts pour un résultat qui fait tâche.

_

Et derrière

Manchester United s’est sorti d’un drôle de piège à Sunderland, dans un drôle de match. Très rapidement mené au score sur une parodie de défense, les champions en titre ont eu toutes les peines du monde à revenir au score puis à s’imposer. Toujours aussi mauvais dans le jeu, ils ne doivent leur salut qu’au talent d’un gamin de 18 berges qui n’a même pas de contrat pro, Adnan Januzaj qui va inscrire un doublé pour sa première titularisation avec notamment, une jolie volée sur le second. Si sur le plan comptable, les mancuniens peuvent souffler, il n’est pas certain que ce genre de prestation rassure tout le monde, David Moyes le premier. En face, Sunderland n’est pas récompensé de ses efforts et garde le bonnet d’âne une semaine de plus mais peut se féliciter d’avoir fait signer cette semaine l’excellent Gustavo Poyet en head coach. L’uruguayen s’offre là un sacré premier challenge dans l’élite, après avoir mené Brighton jusqu’au haut du panier de la Championship.

Pour le reste, on notera la victoire de Newcastle sur la pelouse de Cardiff grâce à un doublé de Loic Rémy qui en est maintenant à 5 buts en autant de matches (2-1), celle de Fulham contre Stoke City (1-0, Darren Bent), donnant un peu d’air à Martin Jol et les siens qui sortent de la zone rouge à la différence de buts au dépens de Norwich. Un très vilain et peu surprenant 0-0 entre Hull City et Aston Villa,deux équipes adeptes du beau jeu, bien évidemment.

_

Le joueur du weekend: Adnan Januzaj

_

Forcément. 18 ans et un doublé pour sa première dans le onze de départ, qui plus est pour sauver les siens. L’albano-belge permet à son coach de souffler un peu et de voir venir après la trêve internationale. En plus de ses deux pions, Januzaj a vraiment été bon dans le jeu, alliant technique et vitesse sans jamais chercher l’exploit personnel comme il est coutume de le voir à cet âge et à ce poste d’ailier.
Le petit Adnan et sa tête de poupon devraient vite voir arriver une belle offre de contrat sur la table, lui qui n’a toujours pas signer pro et qui, à l’heure actuelle, est libre de signer où il veut l’an prochain! On imagine mal MU se faire souffler le joueur (comme Pogba il y a deux ans…) et nul doute que les zéros devrait pleuvoir sur le papier. A lui de prouver qu’il a les épaules pour réitérer ce genre de performance et laisser ce bon vieux Ryan Giggs prendre sa retraite paisiblement.

_

L’équipe-type du weekend

Boruc (Southampton): Si le score du match contre Swansea peut laisser penser à une victoire facile des Saints, la performance du polonais dans les bois y est quand même pour beaucoup. Comme depuis le début de la saison d’ailleurs où la défense de Southampton n’a encaissé que deux buts.

Riether (Fulham): Le latéral droit allemand a sorti une grosse performance pour permettre au sien de remporter une victoire précieuse. Entre montées rageuses et jeu défensif au point, l’ancien de Cologne et Wolfsburg a sorti la panoplie parfaite de l’arrière moderne.

Reid (West Ham): Sortir une première mi-temps de bonhomme, tout en autorité pour repousser les attaques adverses avant de porter le coup psychologique en inscrivant le but du 0-1, avant que le match finisse en 0-3. C’est ce qu’on appelle réussir sa prestation.

Vidic-Jones (Manchester United): On associe les deux centraux de MU pour leur magnifique oeuvre sur le but de Sunderland. Deux dégagement ratés consécutifs qui permet à Giaccherini d’ouvrir le score. Joli.

Kolarov (Manchester City): Un match très sérieux avec un apport offensif qui a fait du bien à son équipe. Mais surtout sa sortie houleuse, arcade en sang, après que le jeune Barkley ait poussé le serbe sur son propre coéquipier, ce qui n’a pas manqué d’émoustiller Alexandr et d’en toucher deux, trois mots bien sentis au môme d’Everton.

Mulumbu (WBA): Qui aurait cru que Youssouf, en partant du PSG pour Amiens, deviendrait l’un des milieux défensifs les plus costauds de Premier League quatre ans plus tard ? C’est pourtant le cas aujourd’hui et son match contre Arsenal, tout en abnégation et physique le prouve une fois de plus.

Morrison (West Ham): Une grosse performance au milieu récompensé par un magnifique but sur un raid solitaire en contre de 50 mètres.

Januzaj (Manchester United): Voir plus haut.

Giaccherini (Sunderland): Mais pourquoi ce type a-t-il choisi de partir de la Juventus pour se perdre à Sunderland ? Seule éclaircie dans un ciel sombre, l’italien a encore fait parler sa hargne et sa percussion pendant une heure avant de disparaitre petit à petit, comme tout ses coéquipiers. Si Sunderland n’avait que des mecs comme lui, le club pourrait envisager le maintien sereinement. Malheureusement, ce n’est pas le cas…

Rémy (Newcastle): Une convocation chez les Bleus le jeudi, un doublé pas dégueu qui donne la victoire aux siens le samedi. Loïc Rémy is back bitches.

Suarez (Liverpool): Les retrouvailles de Luis avec Anfield ont été belle. Tout d’abord il entre sur la pelouse avec son nouveau-né, tout de rouge vêtu, puis il claque un but dans son style si particulier au premier quart d’heure avant de faire l’amour tout le match (ou presque) à la défense adverse. Déjà que ça marchait pas trop mal sans lui, Liverpool voit l’avenir proche assez sereinement désormais.

_

5 thoughts on “Une 7e Journée en Premier League

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.