mar. Sep 17th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Les Gilets Jaunes, révélateurs de l’incompétence des autorités

5 min read

Dimanche 23 décembre sur les coups de 19h, la Ligue 1 a baissé le rideau pour une trêve de trois semaines. Si le nul entre les Girondins de Bordeaux et l’Amiens Sporting Club n’était pas une information primordiale, en général en cette période de fêtes de fin d’année les supporters, les présidents, les joueurs et les entraineurs ont la capacité de réaliser un premier bilan assez complet de leur saison afin de mieux se projeter sur la deuxième partie de saison à venir. Cette année, si les analyses intrinsèques peuvent évidemment être effectuées, il est plus compliqué d’avoir une analyse comptable de cette demi-saison et donc de se situer par rapport aux objectifs définis avant le début de la saison.

Alors bien sûr certaines analyses peuvent être tirées : le PSG écrase la Ligue 1, l’OM est en crise profonde de résultats, Monaco vit une saison cauchemar. Toutefois, dès lors que l’on essaye d’avoir une analyse un peu plus fine de la situation, l’exercice s’avère extrêmement périlleux en raison du nombre de matchs disputés par les unes et les autres des équipes. En prenant le motif du mouvement des Gilets Jaunes, les préfectures ont effectivement demandé le report d’un nombre important de matchs, demande auxquelles la LFP a accédé. Le résultat est que certaines équipes ont joué 19 matchs quand d’autres n’en ont joué que 17. Cet épisode a permis de révéler un peu plus au grand jour l’incompétence des autorités (à la fois footballistiques et préfectorales) dans ce pays.

 

Unies dans l’incompétence

 

Le 1er décembre dernier, dans les rues de Paris principalement, nous avons assisté à de véritables scènes d’émeutes urbaines. Ce qui ne choquait guère lorsque le terrain de jeu était les banlieues populaires et racisées est tout à coup devenu insupportable dès lors que les émeutiers se sont attaqués aux lieux de pouvoirs (tant politiques, qu’économiques et symboliques). En réponse à cette flambée de violences, le gouvernement a lourdement insisté sur l’importance de ne pas aller manifester le 8 décembre prévoyant même des morts et déployant des blindés à Paris et à Marseille. Dans cette atmosphère catastrophiste au possible, les différentes préfectures du pays ont pris leur part dans la création de la peur.

Concomitamment aux appels à ne pas manifester se sont effectivement multipliés les appels des préfectures à décaler les matchs du week-end à commencer par celui opposant le PSG à Montpellier puis celui opposant Toulouse à l’Olympique Lyonnais. Ce qui pouvait apparaitre comme une manière déguisée d’avantager les clubs encore en lice en LDC pour certains va rapidement se révéler être la preuve d’une incompétence crasse quand plusieurs matchs, dont le ASSE-OM qui devait se tenir le dimanche soir, seront reportés par la LFP sur demande des préfectures. La raison invoquée, l’absence de forces de l’ordre disponible car occupées par le mouvement social, rappelle furieusement les explications avancées lors des interdictions de déplacement et fleure bon l’amateurisme (comment expliquer les reports des matchs devant se tenir le dimanche soir alors que les manifestations ont lieu le samedi ?). La LFP n’est, de son côté, pas en reste puisqu’en refusant de reporter les deux journées dans leur ensemble elle met clairement à mal la véracité du classement et agit de manière à indirectement fausser de manière plus que probable le classement – tout ceci sans compter que certaines équipes ont dû jouer leur match en semaine (les 4 ou 5 décembre) sans savoir que leur match du week-end était reporté tandis que d’autres le savaient avant et pouvaient donc aligner la meilleure équipe possible sans se soucier de l’enchainement des matchs.

 

Fausse solution, vraie lâcheté

 

Comme je le disais un peu plus haut, ces reports de match ressemblent à s’y méprendre aux interdictions de déplacement à ceci près que dans le cas présent un nouveau cap est franchi puisque ce n’est pas simplement un déplacement de supporters qui est interdit mais le match lui-même (d’une manière ou d’une autre). Les raisons invoquées pour demander le report du match serait risibles si elles n’étaient pas si tragiques. Oui les policiers travaillent dans des conditions désastreuses la plupart du temps en devant accumuler les heures supplémentaires qui ne sont souvent pas payées mais, à bien y réfléchir, est-ce vraiment au passionné de foot de payer le prix de l’incurie politique ?

Tout comme avec les interdictions de déplacements, ces reports de match sont le symbole ultime de la lâcheté qui préside aux institutions de ce pays dans la mesure où, plutôt que d’affronter le problème, elles préfèrent mettre la poussière sous le tapis en espérant que le tas amoncelé ne finisse pas par trop se voir. Le pire dans toute cette affaire est sans doute, qu’en plus de révéler une incompétence crasse, l’on sait déjà que les solutions adoptées sont des fausses solutions et qu’à quelques années de l’organisation des Jeux Olympiques il serait peut-être temps que ce pays remette franchement en question sa politique du maintien de l’ordre qui est assurément un échec dans le cadre du sport. De la même manière que les interdictions de déplacement ne permettent pas aux autorités de préparer les déplacements européens (certains sont d’ailleurs interdits, preuve de l’incompétence) ou les évènements de grande ampleur (l’Euro 2016 a été un fiasco dans la gestion des supporters, fiasco dont le symbole est assurément cet Angleterre-Russie de Marseille), agir de la sorte pour des matchs de Ligue 1 permet de repousser le problème à plus tard, quand les difficultés seront inextricables. Il est d’ailleurs assez ironique de noter que l’ancien préfet des Bouches-du-Rhône en place lors de l’Euro 2016, Laurent Nunez, est aujourd’hui secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur. Un peu comme pour symboliser l’éternel recommencement des autorités sur ces questions qui, pareilles à Prométhée, semblent être condamnées à se faire picorer le foie chaque jour et à le voir repousser chaque nuit.

 

Crédits photo: L’Equipe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.