jeu. Août 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

L’ASNL, au cœur d’une institution fragilisée

4 min read

Depuis la montée en ligue 1 de l’ASNL en 2016, le club lorrain n’arrive toujours pas à se relever de ses nombreux échecs et occupe une position de relégable à l’heure actuelle. En voici les raisons principales :

 

Des mercatos ratés

L’ASNL réussit habituellement ses mercatos mais depuis 3 ans que de déception depuis le départ de Clément Lenglet pour 5,5 M au FC Séville, habituel capitaine et homme fort de cette équipe. Depuis l’ASNL n’a jamais réussi à combler son départ ce qui entraîna sa relégation en fin de saison.

Ce cas est loin d’etre le seul : le club n’arrive pas à garder ses talents, vendus pour une bouchée de pain aux clubs intéressés (Lusamba (Nice, 2,5 M), Amadou (2M, Lille) et Walter (Nice , 1M)).

De plus, avec ses ventes l’ASNL ne recrute pas les bons joueurs qui n’arrivent jamais à s’imposer en terre lorraine. L’exemple le plus flagrant est celui de Patrik Eler recruté en Autriche pour 600 000 euros et n’ayant affiché que 8 apparitions en L2, le retour désastreux de Dalé n’ayant aucune influence dans le jeu ou encore le recrutement de Da Cruz qui ne laissera aucune bonne trace à Nancy, déjà blacklisté au bout de 6 mois.

 

La question des entraîneurs

Pablo Correa, Vincent Hognon, Patrick Gabriel et Didier Tholot se sont succédés à tour de rôle lors de la saison 2017/18 pour espérer sauver le chardon, ce qui sera fait à la dernière journée (Victoire 3-0 face à Orléans).  Comment sauver un club avec 4 entraîneurs dans une saison ? Comment imposer une philosophie de jeu sans avoir le temps de pouvoir la mettre en place ? Comment les joueurs peuvent-ils s’adapter aux nombreux schémas tactiques proposés par leur entraîneur, passer d’un 3-5-2 offensif à un 5-3-2 sans passer par quelques défaites ? Impossible, un temps d’adaptation est necéssaire, ce que les dirigeants n’ont pas pris en compte.

De plus les différentes options internes (Patrick Gabriel et Vincent Hognon) n’ont jamais pu marcher,mettant en péril le club. Par exemple,donner confiance à des joueurs n’ayant jamais su s’imposer alors que différentes solutions plus logiques étaient proposées (N’guiamba à la place de Marchetti ou encore Dalé – Koura).

 

Les buteurs

Que dire de cette saison au niveaux des attaquants (BU) et de la quantité énorme d’occasions ratées et du ratio (but/minute jouée) de certains. Après  l’arrivée de Pape Sané, auteur d’une très bonne saison 17/18 avec Niort , la plupart des supporters pensait qu’il en serait fini des manqués incroyables des autres joueurs comme Dalé ou Dembélé, ce ne fut malheureusement pas le cas inscrivant un tout petit but, étant aussi habile que les autres avec ses pieds.

Au dela de ça, se pose une vraie question de confiance à Nancy aux niveaux de ses sujets, quasiment tous les buteurs recrutés qu’ils soient néo-pros ou confirmés ratent,loupent leurs occasions immanquables. La preuve en chiffre, le meilleur buteur est Malaly Dembélée avec 3 buts seulement. Aucun n’arrive à enchaîner, pourtant à chaque fois bien servi.

Malgré cela un espoir se dresse avec l’arrivée de Santy Ngom (Nantes), déjà buteur face à Guingamp et de Vagner (ASSE) un ailier rapide et virvoltant. Ce problème de finition est chronique et s’applique pour tous les joueurs de L’ASNL qui devra être réglé pour avoir une chance de se maintenir.

 

Un manque de vrai «cadre»

Il est bien là, le problème principal de Nancy, pourtant avec le recrutement de Da Cruz (ex capitaine de Reims), le chardon avait trouvé son homme fort, mais à force de prestation indigne, il se retrouve actuellement en réserve. La philosophie de Nancy de base est un cadre fort (Hadji, 11buts la saison dernière) avec beaucoup de jeunes du centre de formation (Yanis Barka, Bassi, etc..) qui ont réussi à briller grâce à ce système.

Cette saison est totalement différente, marquée par des prestations moyennes des jeunes issus de ce centre.

 

Les relâchements de fin de partie

Ce qui hante Nancy depuis 3 ans est bien ce problème, tenir un résultat correct, le club peut très bien marquer 2 buts pour en reprendre 3 à la fin comme dans la plupart de ses matchs. Certainement un manque flagrant de mental et d’endurance qui manquent cruellement à Nancy.

 

Pour conclure, Nancy aura besoin d’un cadre fort, d’un meilleur mental et d’un mercato estival prochain réussi pour retrouver son ancien niveau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.