mar. Août 20th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Discussion avec deux fans de National

7 min read

Pour parler du National, rien ne vaut l’avis de suiveurs du championnat. Et sur Twitter, tout se trouve. Voici donc une interview de Vincent (@tafkarb) et Camille (@CamLeD), supporters de Sedan et Boulogne respectivement.

 

Vous êtes donc supporters de Sedan et Boulogne. Depuis quand ?

 

@Tafkarb, fan du CSSA.
@Tafkarb, fan du CSSA.

Vincent : Je supporte Sedan depuis que j’ai commencé à m’intéresser au foot avec la Coupe du Monde 1998. Bon timing puisqu’à cette période Sedan a enchaîné les supers saisons. On a quand même enchaîné la double montée du National en D1, une finale de Coupe de France et deux très bonnes saison de D1 avec des qualifications pour l’Intertoto et la Coupe de l’UEFA. Good times !

@CamLeD, fan de l'USBCO.
@CamLeD, fan de l’USBCO.

Camille : L’UBSCO et moi, c’est depuis tout petit. Mon père m’emmenait à la Libération pour voir les matchs avec tout un groupe d’amis et de voisins. Les vieux étaient surtout en tribunes pour se marrer, et mes potes me faisaient découvrir le foot qu’eux pratiquaient. Je t’avoue que j’ai beaucoup suivi l’équipe lors de l’épopée Montanier car l’un de mes meilleurs amis, Damien Marcq (qui a aussi joué une saison à Sedan, tiens), était régulièrement dans l’équipe première. C’est à ce moment-là que j’ai vraiment vibré pour Boulogne : le sauvetage de justesse en L2, puis l’ascension. Mais après son départ et la gestion catastrophique des dirigeants, j’ai un peu lâché. Et mon déménagement à Lille pour les études et le travail n’ont pas vraiment aidé.

Comment suivez-vous les matches ? Vous allez souvent au stade, vous écoutez les matches à la radio ou vous ne regardez que les résultats ?

Vincent : Je vis à Lille pour mes études donc je vais rarement au stade. J’y suis allé une seule fois cette saison, deux ou trois fois l’an dernier. On a eu la chance d’être diffusés trois fois sur Ma Chaîne Sport donc j’ai aussi pu voir ces matchs-là. Le reste du temps c’est radio ou live-tweet du compte officiel du club selon mon humeur et le résultat.

Camille : Il m’arrive de suivre les matchs à la radio. Je vais encore au stade une à deux fois par an, mais c’est assez difficile du fait que je ne vive plus sur Boulogne. Et leurs activités limitées sur les réseaux sociaux est vraiment un point faible pour le club, ils devraient plus live tweeter les matchs par exemple. S’ils me lisent, je suis dispo…

Vous êtes-vous dit un jour ”Stop, j’en peux plus de cette équipe de tanches” ? Supportez-vous d’autres clubs plus huppés afin de voir enfin du football de très haut niveau comme des coupes d’Europe par exemple ? Pour Camille, je sais que c’est Arsenal, mais à quel niveau par rapport à Boulogne ?

Vincent : Non, je ne suis pas du tout dans cet état d’esprit. Pour moi supporter Sedan ce n’est pas un choix, c’est juste un fait, ça fait partie de mon identité je ne me pose même pas la question. Par contre ça m’arrive souvent de me dire que je supporte vraiment une équipe de tanches… De manière générale je supporte les clubs français en coupe d’Europe, mais en terme d’émotions ça n’a rien à voir avec des matchs de Sedan.

Camille : En découvrant le foot je suis rapidement tombé amoureux d’Arsenal, l’équipe Téléfoot par excellence, je n’ai pas honte de le dire. Et c’est un amour qui ne m’a jamais vraiment lâché, c’est LE club qui m’a vraiment poussé à découvrir le football en général. Si on me pose la question « Quel club tu supportes ? », je réponds Arsenal avant l’USBCO. Mais l’USB est toujours là dans mon cœur pour les grands moments que le club a vécu quand j’allais au stade. La libé, c’est une madeleine, autant pour le sport que pour les moments entre amis. Mais encore une fois, les dirigeants font n’importe quoi, ça n’aide pas à faire survivre la passion… Et les groupes de supporters de Boulogne, c’est un vrai sketch. Les types chantent quand même « Oui Boulogne ne périra pas »…

Pour ce qui est de toi, Vincent, tu dois vivre des moments assez étranges. En effet, Sedan était une bonne équipe de L1, puis est tombé en déliquescence jusqu’en CFA2, avant de remonter rapidement en National et d’être racheté par un prince saoudien. Que retires-tu de ces récentes expériences ?

Vincent : Le plus dur à vivre ça a été la saison avant la liquidation. Déjà sportivement c’était une saison lamentable. Beaucoup de cadres étaient partis après plusieurs saisons où on avait raté la montée pour pas grand-chose et avec nos soucis financiers on a fait un recrutement très faible. Mais de toute façon tout ça n’avait aucune importance puisque c’est en coulisse que se jouait l’avenir du club puisque sans repreneur on était condamnés. Repartir en CFA2 avec les nouveaux propriétaires ça a presque été un soulagement. Faut bien comprendre qu’à un moment même ça n’était pas garanti, le club aurait pu disparaître.

Du coup les deux saisons de CFA2/CFA n’ont pas été désagréables à suivre. Il y a encore de l’engouement au niveau local et avec les bons résultats qui se sont enchaînés c’était plaisant d’assister à la reconstruction du club.

Maintenant pour ce qui est des Saoudiens je ne m’enflamme pas. Ça rassure quant à la pérennité du projet, et un retour au moins en ligue 2 devrait être jouable assez rapidement. Mais j’attends de voir quel genre de recrutement on fait l’été prochain.

Camille, tu as aussi connu ton club en L1 (chanceux !). Tu y crois encore ou tu te dis que c’était bien tant que ça durait et que ça n’arrive plus avant longtemps ?

Camille : C’était une anomalie. Une belle anomalie hein, attention ! Ils y sont allés au mérite et Montanier avait vraiment un beau projet (oui oui, Montanier peut avoir des projets viables, je vous vois rigoler dans le fond). Mais jamais on avait dans l’idée de devenir un club de L1 « fixe ». Je me disais que dans les meilleurs des cas on allait faire l’ascenseur peut être dans le style de Troyes ou Metz, mais on a bien vu qu’on n’avait pas les épaules pour la L1. Et ensuite, qu’on avait plus les épaules pour la L2… Et cette année c’est limite si on a les épaules pour le National donc bon… La Ligue 1 c’était une belle parenthèse. Mais je ne pense pas qu’on y retournera avant longtemps, le club n’est pas assez stable.

Parlons un peu plus du championnat. A l’heure où je vous envoie les questions, nos 3 clubs sont plus proches de la descente que de la montée. Pour ce qui est de Sedan, je pense qu’ils sont à leur place, mais Boulogne est probablement assez décevant. Quelle analyse faites-vous de votre saison pour l’instant et comment en voyez-vous la fin ?

Vincent : On a complètement sabordé notre début de saison cet été. L’intersaison a été assez chaotique, probablement parce que les négociations avec les Saoudiens ont été plus longues que prévues. On a perdu des cadres comme Romain Armand et Baptiste Anziani. Certaines recrues ont déçu et sont déjà reparties, je pense notamment à Therry Racon qui malgré son CV n’a dû jouer que quatre matchs dont deux avec l’équipe B…

Mais la mayonnaise commence à prendre, les recrues arrivées tardivement comme Altama et Tabékou apportent un plus. Peut-être que le changement d’entraîneur y est aussi pour quelque chose. Roger Lemerre, ce n’est pas n’importe qui ! Mais je ne veux pas jeter la pierre à Farid Fouzari, les deux montées en deux ans c’était lui il s’est fait virer aux premières difficultés rencontrées alors qu’à mes yeux il était loin d’être le premier responsable.

Pour la fin de saison j’espère qu’on va vite assurer le maintien. Je suis assez confiant avec la dynamique actuelle mais ce championnat est tellement bizarre… Je pense qu’on a pris trop de retard pour espérer monter, mais ça serait bien de finir sur une bonne dynamique et bien préparer la saison prochaine.

Camille : Boulogne reste sur 3 défaites d’affilée et c’est le gros bordel sportivement parlant. Ils vont regarder dans le rétro tout le reste de la saison car ils ont clairement plus le niveau pour remonter. On a pu y croire à un moment de la saison mais ce n’est plus à l’ordre du jour. Comme je disais plus haut, avant de viser la L2 il va falloir retrouver de la stabilité.

Merci à vous, les gars. Au 25 mars, Sedan est 10e avec 31 points et Boulogne 12e avec 30. La montée est à 41 et la descente à 27. Bon courage et bonne chance à eux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.