jeu. Août 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Groupe C : Novembre, Décembre et bilan de mi-saison

8 min read

Salut les petits loulous, et bienvenue à ce résumé de la première moitié de saison. Enfin on n’est pas à la mi-saison, vu qu’il n’y a eu que 13 matches de joués (sauf Mont-De-Marsan, qui en a joué 14), et donc toutes les équipes ne se sont pas rencontrées. Certains matches de la journée numéro 13 se sont joués après la journée 14 aussi. Et puis vu qu’il n’y a plus Arles-Avignon on a un nombre de clubs impairs dans le classement … Ouais enfin bref c’est chaud. La dernière chronique de CFA C date un peu, on a eu quelques problèmes avec le site, le choc après les attentats de Paris, un accident qui a causé quelques jours de coma, des soirées bien trop arrosées, un mouvement social des rédacteurs TLMSF enfin bref* … La situation a pas mal évolué au classement, même si on est pas au même niveau de bordel qu’il y avait eu au mois d’octobre. Alors quoi de neuf sur le CFA C ? On va voir ça tout de suite.

(*) En fait non c’est juste qu’on avait la flemme.

CFA

On commence avec l’inévitable Coupe et ses belles histoires. Le bilan pour notre groupe ? Catastrophique. Un seul survivant à l’automne. Pourtant aucune équipe n’a eu a affronter de club de division supérieure, seulement de niveau égal ou inférieur. Le seul survivant se nomme Mont-De-Marsan, qui a éliminé dernièrement Anglet, club de CFA2. Au prochain tout ils rencontreront le club de Toulouse Rodeo (ça existe vraiment), club de DH. Un déplacement donc mais un tirage largement à la portée des montois, qui essaieront d’honorer au maximum la CFA méridionale. Finalement le club le plus honorable du sud c’est Saint-Jean Beaulieu, un des villages situés entre Nice et Monaco, en DHR, qui n’a donc eu à affronter que des clubs supérieurs, mais qui se maintient au niveau pour affronter au 9e tour Monaco. L’ASM, le club pro. Aïe. Mais là on s’éloigne de ma juridiction.

 

Forcément on va commencer avec l’hydre à deux têtes du championnat : Pau et Nice. D’abord Pau car le club a pris seul la tête du classement. Rappelons que si Pau fini 2ème derrière Nice, ils monteront tout de même en National car les réserves ne peuvent pas monter en National. Les palois donc en tête mais qui présentent la particularité de ne pas avoir de particularité sur leur travail. A la tête un coach, David Vignes, qui connait bien la maison puisqu’il entraînait déjà l’équipe première lorsqu’elle évoluait en National. Sa réussite est d’autant plus surprenante qu’il n’avait jamais connu un franc succès lors de ses mandats précédents, ne finissant aucune des saisons qu’il a coaché. L’année dernière, il avait été licencié après seulement 20 matches de championnat, mais avait tout de même été réembauché durant l’intersaison. Sur l’effectif, le mercato a été efficace à défaut d’être clinquant. Articulé dans un solide 4-4-2 articulé autour de Abdelhak Jamaï (30 ans, 1,92m pour 90 kgs, déjà élu 5 fois homme du match), le Pau FC possède la meilleure défense du championnat avec neuf petits buts encaissés. Propre.

A voir si ils résisteront à la fougue de la jeunesse niçoise, qui est leur dauphin. Très très jeune, après le ménage du dernier mercato, le doyen est âgé de … 20 ans (si l’on enlève Kevin Gomis, de l’effectif pro qui redescend parfois). Preuve parfait : Malang Sarr, défenseur très prometteur, qui compté déjà plusieurs titularisations à 15 ans seulement. A chaque trêve internationale, c’est au moins 4 joueurs qui rejoignent les équipes de France de jeunes. Et puis les aiglons peuvent s’appuyer sur Laurent Bonadei, qui prouve une fois de plus être un excellent formateur. La comparaison est édifiante; l’année dernière, il entraînait la CFA du Paris Saint-Germain est fini 3ème, pendant que Nice termine péniblement à la 10ème place. Cette saison, la réserve parisienne est à la 12ème place de son groupe, luttant face à la réserve de Lens pour le maintien, pendant qu’à Nice, on survole la majorité des adversaires en pointant à la 2ème place. Clair. Avec en plus une victoire face au concurrent palois en Octobre. Les résultats des deux derniers mois ont été moins bons, un match nul 3-3 face au promu de Toulon Le Las après avoir mené trois fois, une défaite face au combattant pour le maintien Martigues, mais surtout une lourde défaite 3-0 dans l’affrontement face au rival marseillais. Mais bon, en tant qu’équipe réserve, le rôle de la CFA reste avant tout de « former des bons joueurs au projet du club, et de rester à disposition de l’effectif professionnel.« . Quelque chose nous dit que tous les joueurs n’attendent que ça.

 

#LeFootballVrai
#LeFootballVrai

 

Se pose alors naturellement la question : qu’advient-il des autres équipes réserves du groupe, si peu évoquées et pourtant eux aussi candidats à évoluer en Ligue 1 dans un futur proche ? Rien d’étonnant concernant Marseille, l’équipe réserve a pour l’instant un parcours moyen, puisqu’elle joue le bas du ventre mou. La faute à un très grand nombre de matches nuls (7 sur 13, même s’il y a pire) qui fait évidemment gagner moins de points. La défense est solide pourtant, 12 buts encaissés en 13 matches ce qui fait une moyenne plus que correcte, le problème c’est que l’attaque suit le même rythme, et là ça pose problème. L’attaque était déjà un point sensible de l’équipe la saison passée, mais les olympiens s’en étaient accommodés pour obtenir la promotion. Cette saison, on a progressé d’un échelon et la mise à niveau est plus difficile, étonnant, l’effectif est porté par le flamboyant … Fabrice Appruzesse. Les résultats en dents de scie (match nul contre Pau, victoire 3-0 contre Nice, mais défaite contre Monaco) pourraient être problématiques. Justement la réserve muneghu à présent.

Les monégasques avaient connu un début de saison plutôt mitigé; le 8 novembre, après un lourd revers 0-4 lors du derby azuréen, les rouge et blanc pointaient à la 11ème place, à quelques points de la zone rouge. Depuis, un match nul face à Pau les a remis en selle et ils pointent désormais à quelques longueurs de l’hydre à deux têtes … en tête, au point de venir se mêler à la lutte pour le podium. L’ASM s’appuie sur une superbe attaque, la meilleure du groupe comme l’année dernière, un duo au milieu qui truste les deux premières places du classement des buteurs : Gil Bastiao Dias et Mohamed Chaibi. Enfin le jour où on les verra en L1 … Et pendant ce temps la défense commence à être performante, la grande majorité des buts encaissés étant venus par paquet, les résultats sont plutôt bons. Et la première place n’est peut-être pas si inaccessible que cela …

 

Quand le dernier affronte l'avant-dernier, ça donne forcément un combat acharné
Quand le dernier affronte l’avant-dernier, ça donne forcément un combat acharné

 

Bien loin de la première place, même si c’est toujours mathématiquement jouable, des clubs se battent pour la survie dans l’élite amateur. En tête de gondole du classement à l’envers, Bayonne. Le club de Didier Deschamps se trouve dans le dur et peine à engranger des points. Le bilan de 3 victoires en 13 matches parait faible, mais il n’a rien de catastrophique comparé aux autres clubs. Cependant, il ne s’accompagne que d’un seul match nul, ce qui donne 9 défaites, le deuxième total le plus élevé des quatre CFA. Souvent les écarts au score ne sont pas grands, il y a donc une grande difficulté de conserver un résultat nul, probablement à cause d’une attaque insuffisante pour couvrir les erreurs de la défense. Là où ça devient chaud, c’est quand on apprend que Archie Fataki, 5 buts en 7 matches cette saison, se trouve à Fréjus pour être à l’essai avec le club de National …

Juste devant les bayonnais, Marignane peine à avoir un rythme aussi soutenu que celui de la saison dernière, qui les voyait dans la partie haute du tableau. En cause une très mauvaise défense, qui culmine à 24 pions encaissés, pourtant le très gros point fort en 2014/2015. Le point d’orgue en avait été la défaite 5-0 face à Pau. Non cette saison le point fort c’est l’attaque (6ème), toujours menée par Yannick Chabaud, auteur de 15 buts l’an dernier. Mais avec le même nombre de points que les premiers non-relégables, l’inquiétude n’est pas encore de mise à l’USM, l’entraîneur n’est pas menacé. A la 13ème place de cette CFA, on retrouve Tarbes. Là aussi une première moitié loin d’être catastrophique. Le club est intéressant pour sa valse des entraîneurs, déjà trois. La saison avait été commencée avec Jean-Louis Montero, qui avait démissionné pour laisser la place à Pavlé Vostanic, celui-ci avait abandonné au bout d’une semaine à cause de désaccords dans le contrat. Après plus d’un mois sans entraîneur (mais avec une victoire tout de même), Vostanic a finalement décidé de revenir à la demande du président. Mais le mandat partait bien … Et pour finir sur les candidats à la descente, Sète, qui malgré seulement deux victoires (seul Roye en CFA A fait pire) et une attaque chaotique (seul Martigues fait pire de toutes les CFA), garde la tête hors de l’eau à l’aide de 7 matches nuls, plus de la moitié des résultats obtenus. Le club traverse sans doute une mauvaise passe; 0 défaite sur les 7 premières journées, 4 sur les 6 dernières. Sale.

 

C’est tout pour cette année 2015, et c’est peut-être mieux. Bigre, bientôt un an déjà que j’écris pour TLMSF … Mais bon, le championnat est loin d’avoir révélé tous ses secrets. Qui sera champion d’un quart de la France ? Qui descendra ? Qui arrivera à se maintenir en marquant le moins de buts possible ? Le jambon de Bayonne vient-il vraiment de Bayonne ? Le club de Hyères arrivera-t-il à jouer demain ? Tout cela et bien plus encore dans les mois à venir. La suite, au prochain numéro !

 

Henri Death

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.