jeu. Août 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Andres Iniesta au Vissel Kobe : tout sur un transfert inédit pour la J.League

6 min read

Coup de tonnerre sur la J.League ! Le Vissel Kobe, actuel sixième du championnat, a enfin annoncé aujourd’hui la signature d’Andres Iniesta ! Le champion du monde 2010 a paraphé un bail portant sur les trois prochaines saisons.

Un transfert tout a fait inédit pour le championnat japonais qui n’avait sans doute pas accueilli pareille star depuis Zico dans les années 90. Pour ce faire le club dirigé par le fantasque Hiroshi Mikitani, président du club et PDG de Rakuten, a fait chauffer le chéquier a des niveaux jamais vus à l’échelle de la Ligue. Comment tout cela a t-il pu se faire ? Explications.

Crédits photo : Soccerdigestweb

Le plus gros coup de l’histoire de la J.League

Dés hier soir la mèche était vendue avec des tweets et des photos des deux protagonistes autour du jet privé d‘Hiroshi Mikitani. Arrivé ce matin à Tokyo, le président du Vissel a ensuite introduit l’espagnol au public japonais au cours d’une conférence de presse devant une salle comble de journalistes et de caméras. L’ancien joueur du Barça a apposé sa signature sur le contrat pour conclure définitivement l’affaire avant de tomber dans les bras de « Mr Rakuten ». Andres Iniesta est alors devenu pour de bon un nouveau joueur du Vissel Kobe et la superstar de la J.League.

Les chiffres qui sont avancés autour de ce transfert donnent le tournis. Ceux-ci ne sont pas encore totalement confirmés mais El Mago Iniesta pourrait toucher près de 25 millions d’euros par saison. Tout cela sans compter la prime à la signature, les divers avantages et les accords commerciaux autour de sa production viticole entre autres. Un niveau de rémunération sans aucune comparaison avec ce qui se voit en J.League où le plus gros salaire était jusqu’alors pour Lukas Podolski avec environ 5M€ par an. Tiens tiens, un autre joueur du Vissel…

Hors Kobe il faut aller à Nagoya pour trouver un début d’équivalent avec le brésilien  arrivé cet hiver et qui émarge à environ 2.6M€.

Se pose alors la question que tout le monde se pose : comment un club de J.League peut-il mettre autant d’argent sur un joueur ? Le championnat japonais a certes revalorisé ses droits de diffusion de belle manière mais cela est presque une broutille pour ce genre de montants. La réponse tient en un seul homme et cet homme c’est Hiroshi Mikitani.

Il y a du Mikitani dans l’R !

La publicité tourne sur les télés françaises ses derniers temps et vous n’y avez probablement pas échappé. Hiroshi Mikitani (ci-dessus lors de la présentation de Lukas Podolski l’été dernier) c’est l’homme qui est derrière Rakuten. Le géant du e-commerce, que l’on peut qualifier d’Amazon japonais, est connu dans l’hexagone pour avoir racheté Price Minister en 2010 de manière à arriver sur le marché français. Mais Rakuten c’est bien plus que ça. Il s’agit aujourd’hui d’un monstre qui tourne à plus de 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017 et qui a triplé ses profits sur cette même année. Mikitani en est le fondateur et le patron tout puissant. Sa fortune personnelle est estimée à près de 5.5 milliards de dolllars ce qui en fait un des hommes les plus riches du pays.

Originaire de Kobe, il prend en charge le Vissel Kobe après le séisme destructeur de 1995 et veut en faire un symbole de reconstruction et d’espoir pour la ville. En 2014 le club est officiellement acquis par Rakuten et, en grand amateur de sport, c’est lui même qui en reste le président. La société est également bien présente en baseball (le sport numéro un au Japon) puisqu’elle est propriétaire de la franchise des Golden Eagles depuis 2005. Et en sport comme en business c’est l’ambition qui prédomine chez celui qui est gentiment surnommé « Mickey ».

Si les Golden Eagles ont atteint le succès en étant sacrés champions nationaux en 2013, le Vissel Kobe continue de vivoter dans un relatif anonymat au sein de la J.League. Las d’attendre des jours meilleurs, Hiroshi Mikitani a entamé l’an passé une nouvelle stratégie. Attirer des gros noms. Avec les deniers de son fleuron.

En devenant sponsor maillot du Barça depuis cette saison, Rakuten s’est offert un grand coup de projecteur et Mikitani a mis un pied dans des sphères footballistiques d’un tout autre niveau. Il est notamment devenu un bon ami de Gérard Piqué qu’il a déjà invité au Japon l’an passé. De très bons rapports avec le club catalan dans son ensemble qui ont largement faciliter à ramener Don Andres aujourd’hui au Vissel Kobe.

Iniesta et Podolski : deux champions du monde au Vissel

Adversaires en 2010, coéquipiers en 2018.

C’est en Juillet dernier qu’est arrivé le premier gros poisson attiré par le Vissel Kobe en la personne de Lukas Podolski. Le champion du monde 2014 était arrivé en provenance de Galatasaray pour une somme évaluée à 4M€ à l’époque. Un transfert qui avait fait grand bruit sur l’archipel, ce n’était donc qu’un prélude. Si l’ancien joueur de Cologne est un joueur bien connu des amateurs de football on ne peut pas le mettre sur le même pied qu’un Iniesta.

Icone mondiale du football, le magicien barcelonais débarque donc au Japon avec une image on ne peut plus lisse et un caractère moins affirmé. Ce qui pour le Japon n’est pas forcement une mauvaise chose. Concernant l’aspect du terrain, il n’y a pas de grandes inquiétudes à avoir…

Andres Iniesta n’a jamais été un immense joueur grâce à son physique. C’est l’intelligence et la technique qui le caractérisent avant tout. Des qualités qui ne se perdent pas avec l’âge et qui peuvent faire merveille en J.League où l’aspect collectif du jeu est ce qui est le plus mis en valeur. Reflet pour le coup de la société japonaise.

Débuts attendus en Août

Pour l’heure Andres Iniesta va d’abord se préparer pour une ultime Coupe du Monde avec la Furia Roja avant de prendre sans doute sa retraite internationale. Après une longue saison il prendra ensuite un peu de repos. Son arrivée au Vissel Kobe devrait se faire au début du mois d’Août selon les premières informations. Pour ensuite démarrer en J.League vers la fin du mois à l’image du planning qui se fait habituellement en Liga.

Le Vissel Kobe réalise pour l’heure une saison qui n’est pas aussi mauvaise qu’on aurait pu le penser et s’est révélée dernièrement comme une équipe joueuse et agréable à regarder jouer. L’actuelle sixième place en témoigne et le podium n’est pas un objectif irréalisable. Surtout avec un meneur de jeu comme Don Iniesta à la baguette.

Une question que va se poser le Vissel Kobe maintenant est : comment organiser l’équipe avec un joueur étranger en plus ? Les clubs en J.League ne peuvent faire jouer que quatre joueurs étrangers en même temps (dont au moins un joueur issu d’un pays membre de la confédération asiatique). Lukas Podolski et les deux internationaux sud-coréens tiennent sans doute la corde à ce jour, même si Wellington trouve ses marques à la pointe de l’attaque. L’ancien buteur de l’Avispa Fukuoka pourrait bien le dindon de la farce dans cette immense histoire et se retrouver sur le banc.

La J.League 1 reprendra ses droits le 18 Juillet prochain une fois la Coupe du Monde terminée. Et le Japon aura un œil surement plus attentif aux performances de l’Espagne lors de  celle-ci.

1 thought on “Andres Iniesta au Vissel Kobe : tout sur un transfert inédit pour la J.League

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.