mer. Sep 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Nasri à Anderlecht, risque calculé ?

3 min read
Nasri à Anderlecht. Un transfert improbable. ©Anderlecht

La rumeur un peu folle, presque loufoque, s’est transformée en réalité : Samir Nasri a signé à Anderlecht. Comment un joueur de calibre a-t-il pu se retrouver dans un club belge ne participant à aucune coupe d’Europe ? La réponse tient en un nom : Vincent Kompany. Mais au-delà de l’énorme coup de comm’, est-ce vraiment une bonne idée sur le plan sportif ?

32 ans, 512 matchs au compteur, 71 buts, 2 titres d’Angleterre, 1 League Cup, 1 Community Shield et 41 sélections avec la France. Samir Nasri, c’est ça. Dans le championnat de Belgique, à l’exception de Kompany, peu de joueurs peuvent se targuer d’afficher une telle carte visite.

On a presque envie de parler d’accident de parcours pour expliquer l’arrivée du Français au Parc Astrid. Mais non, c’est finalement la suite logique d’une fin de carrière sur le déclin. Si le nom est ronflant, le joueur n’est plus vraiment celui qu’il était il y a encore quelques saisons. Anderlecht a-t-il pris un risque ? Osons plutôt parler de pari.

14 matchs

Car Nasri revient de loin. De très loin même. La saison dernière, le garçon n’a que peu joué avec West Ham. 5 matchs de Premier League, 1 seul de FA Cup et 2 assists. En 2017-2018, il n’a guère fait mieux : 8 matchs en Turquie avec Antalya pour 2 buts et 1 assist. Et au milieu de tout ça, un an de suspension pour dopage à la suite d’une perfusion de compléments interdits. Guère reluisant.

En réalité, depuis son départ de Manchester City en  2016, l’ancien tricolore est un peu à la dérive. Son transfert à Séville n’a pas été une franche réussite malgré une bonne vingtaine de matchs joués en Liga.

Ces dernières saisons n’ont pas été marquées par la réussite (ici à West Ham). © Reuters

Caractère (trop ?) fort

Le médian offensif s’est rapidement taillé une réputation de « gamin de merde » en ayant le verbe direct. Tourner sept fois sa langue dans sa bouche ? Très peu pour lui. Marseille, Arsenal, City, Équipe de France… Le natif de Marseille a fait parler de lui partout où il est passé, régulièrement en bien, trop souvent en mal.

Dans un effectif très jeune, Anderlecht et Vincent Kompany ont voulu jouer la carte de l’expérience. Nasri en aura à revendre, c’est une évidence, mais son caractère se mariera-t-il à celui de l’équipe ? Quand on connait son passé, le risque est grand.

Pour l’attirer chez les Mauves, Kompany et Coucke, le président, n’ont pas utilisé du vinaigre et on sait que quand un gros salaire ne répond pas présent sur le gazon, les jalousies se font vite croissantes dans un vestiaire. Plus que Nasri lui-même, c’est Vince qui aura la pression, encore plus en tant que joueur-entraineur.

Si ça passe…

A l’inverse, soyons honnêtes, si le Français parvient à se fondre dans le moule de l’effectif et à bien être cadré par Kompany – qui mieux que lui pourrait gérer le joueur avec qui il a partagé le vestiaire durant 6 ans ? – son arrivée en Belgique sera un plus indéniable pour le championnat et, surtout, le Sporting.

Il ne faudra cependant pas attendre des miracles directement d’un joueur, comme on l’a vu, en total manque de rythme. Mais au fil des semaines et des mois, avec une préparation complète dans les jambes, qui sait ce dont il est capable ? Lui seul le sait et les clefs de la porte le menant de buzz à vraie réussite sont plus que jamais entre ses mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.