mar. Oct 22nd, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Le Guide TLMSF du Groundhopper : on était à Western Sydney Wanderers – Melbourne City FC

6 min read

A l’occasion d’un voyage à l’autre bout du monde, à Sydney, je me suis dit « Et si j’allais voir un match, tant qu’à faire ?« . Me voilà donc à la recherche d’un match à aller voir. Nous étions alors le 28 Décembre (l’été en Australie). Il faut savoir que le championnat d’Australie, la A-League, se déroule d’Octobre à Avril (dernier match ce 20 Avril).

Le programme de mes vacances m’amène 3 jours à Melbourne (Melbourne City FC, Melbourne Victory) avant de revenir à Sydney ( Sydney FC, Western Sydney Wanderers FC), soit 4 clubs possibles donc pas mal de matchs potentiels. Beaucoup d’entre eux sont complets. Et là, miracle : un match disponible. Ce sera Western Sydney Wanderers – Melbourne City FC. Le 1er Janvier.

 

Transport & Billetterie

La gare. A partir de là faut prendre le bus

Le stade est situé au sein du Parc olympique, en périphérie de la ville. Sydney étant une ville immense (plus de 12 000 km2), autant vous dire que la périphérie, c’est pas à côté du centre-ville !

Il faut compter 40 bonnes minutes pour rejoindre le stade depuis le centre-ville, entre le train (RER) et le bus.

Pour les billets, c’est assez facile. Tout est achetable en ligne, ou directement au guichet. Pour le prix, c’est assez cher (mais pas cher pour la vie en Australie) avec 50€ pour deux personnes en quart de virage.

 

Le Stade

Espace pelousé, stade : tout ce qu’on aime

L’ANZ Stadium est un stade magnifique. Inauguré en 1999, pour les JO de l’an 2000, il peut accueillir 83 500 personnes, ce qui est bien trop grand pour un match de football en Australie.

Le stade est magnifique, un vrai écrin. Concentrons-nous sur le stade en lui-même et l’intérieur, on parlera de l’extérieur dans la partie alentours.

Si ce stade est construit sur le modèle des récents stades européens, comme on peut le voir au  Parc OL par exemple, c’est au niveau des services proposés qu’il se différencie de ce qu’on connait chez nous. Hormis la traditionnelle boutique au rez-de-chaussée, qui vend des goodies d’un peu tous les sports présents à Sydney, c’est les coursives qui sont impressionnantes. Des escalators, des ascenseurs pour toutes les tribunes, des salons, des canapés dans les couloirs, des TV pour suivre l’avant-match (ou le match), des stands de glace, des tireuses à bières : il y a tout pour être à l’aise.


En savoir plus sur Melbourne City FC, le club de la franchise de Manchester City.


En accédant aux gradins, ce qui frappe est le côté assez « plat » des tribunes, notamment les virages. Rien à voir avec le côté très vertical qu’on peut retrouver à  Geoffroy Guichard par exemple. Cela participe à la sensation de gigantisme, de « trop grand » que l’on ressent.

La résonnance est malgré tout assez bonne. Même avec une affluence de 15 – 20 000 personnes dans ce stade immense, le bruit dégagé par un petit groupe d’Ultras se fait entendre à l’autre bout du stade.

Malheureusement j’avais choisi des places à l’opposée du coin des Ultras et l’ambiance était carrément éteinte de mon côté. Après la grosse soirée de la Saint Sylvestre, c’était somme toute assez agréable pour se laisser bercer tranquillement.

 

Le stade7/10

 

Le football

Le football en Australie étant ce qu’il est, nous ne jugerons pas le match sur son niveau technique ou tactique. L’intérêt ici réside dans l’atmosphère, la tension, les émotions dégagées par le match.

Et à ce petit jeu, c’est Melbourne City qui va s’atteler à climatiser le stade en ouvrant le score à la 25e minute par Ross McCormack, l’ancien des  Rangers notamment.
Sydney, bien moins bien entré dans la partie, va alors se réveiller et réagir. Tout d’abord en égalisant par Oriol Riera ( ancien du Celta) sur un but peu académique à la 30e puis en prenant l’avantage par Mark Bridge 2 minutes plus tard, sur un service de Riera.

3 buts en 7 minutes. Le public s’agite enfin. Les latérales répondent aux Ultras. Le match s’emballe un peu. On ne verra pas d’autres buts malgré quelques occasions franches en seconde période.

A noter que j’ai vu jouer le fameux Dean Bouzanis, nom qui parlera aux amateurs de Football Manager.

 

Le football4/10

 

Le public et les gens

Le stade sonne un peu creux

Difficile de juger le public sur un match un 1er janvier à 17h, où chacun essaye tant bien que mal de se remettre de la soirée de la veille.

J’ai cependant été agréablement surpris par le nombre de maillots aux couleurs de l’équipe à domicile. Le football n’étant pas un sport roi en Australie, je m’attendais à voir un public de spectateurs occasionnels, pas forcément vêtu de maillots aux couleurs du club. Belle surprise donc.

Au niveau de l’animation, un petit groupe de supporters a mis une petite ambiance sympa dans ce stade trop grand. Et les latérales (au moins une) ont répondu lors du moment animé du match.

J’y allais sans ambition, je suis revenu pas bouleversé mais pas déçu non plus. Un moment agréable.

 

Le public et les gens3.5/10

 

Les alentours

Ah là par contre c’était quelque chose ! Parc Olympique oblige, le stade est situé autour d’autres centres sportifs et notamment le grand terrain de cricket, l’autre sport national australien avec le rugby.

Le stade en premier plan, avec le parc olympique autour

Des alentours sportifs mais aussi verdoyants avec des espaces pelousés très agréables.

Ce qui m’a également marqué ce sont les animations avant le match en extérieur et pendant le match à la mi-temps.

Avant le match, on pouvait (ok c’est surtout pour les enfants mais je suis un grand enfant) jouer aux  Foot-darts, au  Foot-billard ou encore à un challenge d’adresse en dribble / tir. Et tout ça gratuitement évidemment.

A la mi-temps, alors qu’en France on est habitué à un « crossbar challenge » pour gagner un cadeau offert par le sponsor du club, ou à une série de face à face entre minots, là c’est pas moins de 15 mini-terrains qui ont été installés pour des 3 vs 3 (ou 4 vs 4) endiablés pour les enfants.

Très sympathique.

A part ça, il n’y a pas grand chose à visiter aux alentours. Et tous les magasins étaient évidemment fermés en ce 1er janvier. Par ailleurs, je vous déconseille le Domino’s Pizza du coin. Rien contre l’enseigne, juste contre le personnel, pas très accueillant.

 

Les alentours7.5/10

 

La ville

La ville : ben Sydney quoi. Une des plus belles villes du monde. L’Opera, les kangourous, la baie, les koalas (qu’on n’a pas le droit de toucher dans ce coin de l’Australie), les plages, le soleil, les locaux hyper accueillants, les beaux bâtiments et surtout la vie agréable.

Ai-je vraiment besoin d’en faire l’éloge ?

 

La ville10/10

 

L’expérience groundhopping

Evidemment, ça ne vaut pas le coup d’aller en Australie juste pour voir un match. Par contre, une fois sur place, ça peut être sympa d’aller faire un tour.

Ne serait-ce que pour découvrir le foot en Australie (à ne pas confondre avec le foot australien) et la manière dont les locaux vivent leur passion, je suis content d’être allé au stade.

Ce n’est pas ce qui m’a le plus marqué de mon aventure à l’autre bout du monde pour être honnête, et j’aurai survécu sans y être allé, mais c’était une expérience très agréable.

 

L'expérience groundhopping6/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.